ISS Today
Home / ISS Today / Zinsou versus Talon: who will be Benin's next president?
Zinsou versus Talon: who will be Benin's next president?
16 March 2016

Pour la version française, cliquez ici

On Sunday 20 March, Benin’s citizens will choose their president in the second round of an open ballot. This election will consolidate the country’s democratic gains and mark the fourth democratic changeover in the country since the advent of multiparty politics in 1990.

If the outcome of the first round were difficult to predict, expectations for the second round are even more uncertain.

Given the results of the first round and the emergence of two candidates – Prime Minister Lionel Zinsou, who is also the candidate of the ruling coalition, and the businessman Patrice Talon – four key observations can be drawn.

The first relates to the organisation of the first round by the Autonomous National Electoral Commission (Commission électorale nationale autonome, or CENA). The commission, which became permanent in 2013, seems to have taken on board lessons learnt in last year’s two elections. The CENA has shown commendable flexibility by allowing voters who hadn’t received new voter cards to vote in the first round using their 2015 election cards. First-time voters who had not received voter cards were allowed to cast their ballot using their national identity cards. The CENA has also shown its ability to build consensus by engaging civil society and political parties in the decision to postpone the polling dates, and it has improved its communication by making better use of social media. Another laudable achievement is that the major trends of the election were announced within a reasonable period – 48 hours after the vote. This marks an improvement from the legislative elections of 26 April 2015, where trends were made public five days after the vote.

Benin's Electoral Commission seems to have taken on board lessons learnt since it became permanent
Tweet this

The second key observation relates to the split of votes among candidates. Having 33 candidates for 4.7 million voters risked fracturing the electorate, but the first round played out between five favourites (Lionel Zinsou, Patrice Talon, Sébastien Ajavon, Abdoulaye Bio Tchané and Pascal Irénée Koupaki), who mobilised more than 90% of the electorate. They respectively obtained 28.42%, 24.73%, 22.96%, 8.69% and 5.87% of the votes, while the other candidates obtained less than 2% of the vote each.

Patrice Talon and Sébastien Ajavon, both of them wealthy businessmen, gained around 50% of the vote. Their popularity seems to confirm that traditional politicians face a crisis of confidence from the population, which often accuse them of being driven by commercial ambitions and failing to implement policies.

Talon and Ajavon have, of their own accord, financed candidates in electoral contests in the past. Their portion of the votes gained shows how important financial resources are in electoral campaigning.

The alliances backing the candidates will have a definitive impact on the outcome of Benin elections
Tweet this

Although the geographical distribution of the votes cast in the first round benefits both candidates running in the second round, the ‘game of alliances’ that has ensued from the two main alliances formed seems to have worked mostly in favour of Lionel Zinsou. His candidacy is backed by the so-called ‘alliance of continuity’, which is made up of the ruling Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) coalition, the Parti du Renouveau Démocratique (PRD) and the Renaissance du Bénin (RB).

In the FCBE strongholds in the north and in those of the PRD in Ouémé – mainly in Porto Novo – Zinsou’s performance could be attributed to support for outgoing President Yayi Boni (who comes from the north of the country), and Adrien Houngbédji (the president of the PRD, who comes from Porto Novo).

In the traditional strongholds of the RB, (including Zou, Littoral and Atlantic), Zinsou enjoyed less support than expected. His results from the traditional PRD and RB support bases were lower than those obtained by both parties during the 26 April 2015 parliamentary elections, and the 28 June 2015 local elections.

This could indicate that grassroots members of these parties disapprove of Zinsou, or it could point to internal disagreements within these parties, which may have caused dissidences in favour of opposition candidates. Party leaders would have asked their members to vote for Zinsou, but these patterns also show that supporters’ compliance is not a given.

Despite Yayi’s decision to step down at the end of his second term, these results could also show the population’s disapproval of the incumbent president.

Zinsou’s first-round results can be seen as the population’s disapproval of the incumbent president
Tweet this

Zinsou got 28.42% of the votes cast in the first round; a relatively low percentage compared to the more than 63% gained by the candidates of so-called ‘alliance for rupture’ – namely Patrice Talon, Sébastien Ajavon, Bio Tchané, Pascal Koupaki and Fernand Amoussou. Indeed, Zinsou’s result could be interpreted as a protest vote against the incumbent president. It could also be seen to be directed against the PRD and the RB parties, whose decision to join the ruling coalition for the presidential election has been criticised as ‘opportunistic’, given that both parties were in the opposition up until that point.

The context of this year’s elections is not the same as in 2011, but Zinsou’s result in the first round can be seen as an under-performance of the FCBE, considering that Boni Yayi won the 2011 election in the first round with 52% of the votes cast.

In the second round, the alliances backing the contesting candidates will have a definitive impact on the outcome of the election. The so-called ‘alliance of continuity’ of the FCBE-PRD-RB backs Lionel Zinsou, while ‘the alliance of rupture’ backs Patrice Talon.

Formed on 15 January, the ‘alliance of rupture’ agreed on a verbal pact to oppose the ruling coalition candidate, Lionel Zinsou, during the second round of the election. For now, the FCBE-PRD-RB alliance seems united behind its candidate, but the situation within the 'alliance of rupture' remains uncertain.

Given the results of the first round, and taking into consideration the ongoing negotiations since the results were announced by the Constitutional Court on 13 March, Talon seems to be in a stronger position than Zinsou. The ‘rupture alliance’ candidates, who back Talon, gained more than 63% of the vote after the first round – and Talon has also received the support of more than 20 unsuccessful first-round candidates. On 14 March these candidates – including Sébastien Ajavon, who came third in the first round with 22.96% of the votes cast – signed a memorandum of understanding to support Patrice Talon in the second round.

Talon’s performance is even more remarkable given that he came out second in the first round, even though he is running as an independent candidate. Nevertheless, changes within the alliance – or a possible about-turn in favour of Lionel Zinsou – cannot be excluded. Moreover, it is not certain that grassroot voters will vote in line with party leaders’ expectations.

Benin's political landscape will change significantly after the second run. The first round took place against a generally peaceful backdrop, and the challenge is now to conduct a similarly peaceful second round, and ensure transparency and credibility of the results. Whatever the outcome of the election, the president elect will have the important responsibility to bring together Benin’s various political forces to address the challenges of poverty, youth unemployment, corruption and internal security, among others.

Ella Jeannine Abatan, Junior Fellow, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar 

______________________________

Zinsou contre Talon : qui sera le prochain président du Bénin?

Le 20 mars prochain les Béninois choisiront leur président lors du second tour d’un scrutin ouvert dont l’issue demeure incertaine. L’enjeu de cette élection est d’autant plus important qu’elle consolide les acquis démocratiques en marquant la quatrième alternance démocratique du pays depuis l’avènement du multipartisme en 1990. Si les résultats du premier tour étaient loin d’être prévisibles, ceux du second tour demeurent incertains, dans la mesure où le jeu des alliances et la capacité des candidats à convaincre leurs électeurs pourraient jouer un rôle déterminant dans le choix du prochain président.

Au regard du déroulement des élections, des résultats du premier tour et de l’émergence de deux candidats, l’actuel Premier ministre et candidat de la mouvance, Lionel Zinsou, et l’homme d’affaires Patrice Talon, l'entre-deux-tours appelle quatre observations.

La CENA semble avoir tiré les leçons depuis son institutionalisation en tant que commission permanente

La première est liée à l’organisation du scrutin par la Commission électorale nationale autonome (CENA). Celle-ci semble avoir tiré les leçons des deux dernières élections tenues depuis son institutionalisation par la loi n° 2013-06 du 25 novembre 2013 en tant que commission permanente. En effet, la CENA a fait preuve d’une flexibilité appréciable, non seulement en permettant aux votants n’ayant pas obtenu leur nouvelle carte d’électeur d’utiliser celle des scrutins de 2015, mais aussi en autorisant les nouveaux majeurs à voter avec leur carte d’identité nationale. La CENA a, en outre, montré son aptitude à faire consensus en associant la société civile et les partis politiques dans la décision de reporter les dates du scrutin. La commission a aussi mieux communiqué en faisant un plus grand usage des réseaux sociaux. Enfin, les grandes tendances de l’élection ont été annoncées dans un délai raisonnable, soit 48 heures après le vote, contrairement aux élections législatives du 26 avril 2015 où elles avaient été révélées cinq jours après la date du scrutin.

Deuxièmement, s'agissant des résultats, il importe d'abord de constater qu’au regard du risque d’une fracture au sein de l’électorat en raison de la multitude de candidats – 33 pour un électorat de 4,7 millions – le premier tour de l’élection s’est joué entre les cinq favoris. Ces derniers mobilisent à eux seuls plus de 90 % de l’électorat. Il s’agit, par ordre décroissant, de Lionel Zinsou, 28,42 %, Patrice Talon, 24,73 %, Sébastien Ajavon, 22,96 %, Abdoulaye Bio Tchané, 8,69 %, et Pascal Irénée Koupaki, 5,87 %, les autres candidats ayant obtenu chacun moins de 2 % des suffrages.

Ainsi, Patrice Talon et Sébastien Ajavon, les deux richissimes hommes d’affaires de ce quintet de tête, totalisent à eux seuls près de 50 % des voix, ce qui semble refléter une crise de confiance des populations béninoises à l’égard des politiciens traditionnels auxquels les populations semblent reprocher leurs ambitions mercantilistes et l’échec des politiques menées jusqu’ici. Le poids de ces deux candidats au sortir du premier tour, qui ont à plusieurs reprises de leurs propres aveux financé des prétendants lors de précédents scrutins, montre aussi avec acuité l’importance des moyens financiers dans l’organisation des campagnes électorales.

Dans la perspective d’un second tour, le jeu des alliances aura un impact certain sur l’issue de l’élection

Ensuite, considérant la répartition géographique de l’électorat en faveur des candidats retenus pour le second tour, le jeu des alliances semble avoir joué en faveur de Lionel Zinsou. L’alliance qui porte sa candidature, dite  « de continuité », composée des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) de la mouvance présidentielle, du Parti du renouveau démocratique (PRD) et de la Renaissance du Bénin (RB), s’est formée le 12 janvier dernier. En effet, dans les fiefs des FCBE que sont le Nord et les Collines, et dans l’Ouémé, plus précisément à Porto Novo (fief du PRD), la performance de Zinsou semble fortement attribuable au soutien du président sortant Yayi Boni – originaire du Nord du pays – et à Adrien Houngbédji, président du PRD, originaire de Porto Novo. Cependant, dans les zones d’électorat traditionnels de la RB que sont le Zou, le Littoral et l’Atlantique, Zinsou a effectué une contre-performance. Il importe de noter que les résultats de Zinsou dans les fiefs respectifs du PRD et de la RB sont inférieurs à ceux obtenus par les deux partis pendant les élections législatives du 26 Avril 2015 et communales du 28 juin 2015.

D’une part, le comportement des électeurs dans les bastions du PRD et de la RB pourrait être une résultante de la désapprobation des militants de base sur le choix de Zinsou et aussi la conséquence des désaccords internes qui ont provoqué des départs au profit des candidats de l’opposition. Le comportement des électeurs démontre par ailleurs la réticence des partisans de ces deux partis à suivre les instructions de leurs leaders politiques – preuve que le respect des consignes de vote n’est pas automatique.

D’autre part, au regard du départ annoncé du président sortant à la fin de son second mandat, ces résultats semblent être un désaveu des populations à l’égard de ce dernier. En effet, les 28,42 % obtenus par Zinsou contre plus de 63 % pour les candidats dits de rupture (Talon, Ajavon, Bio Tchané, Koupaki et Amoussou Fernand) pourraient s’interpréter comme un vote sanction contre le président sortant, mais aussi contre le PRD et la RB dont la décision de rejoindre la mouvance présidentielle est taxée  « d’opportuniste » par une partie de l’opinion publique, compte tenu du fait que ces deux partis étaient jusqu’alors dans l’opposition. Par ailleurs, ce résultat du pouvoir apparaît comme une contre-performance au regard des 52 % qui ont porté Boni Yayi à la présidence dès le premier tour en 2011, même si le contexte des deux élections est différent.

Le résultat obtenu par Zinsou au premier tour semble être un désaveu des populations à l’égard du président sortant

Dans la perspective d’un second tour, le jeu des alliances aura un impact certain sur l’issue de l’élection. Pour l’instant, deux coalitions se sont formées autour des candidats qui se présentent. Il s’agit de l’alliance, dite de « la continuité », FCBE-PRD-RB de Lionel Zinsou et de celle dite de « la rupture » composée de Patrice Talon, Sébastien Ajavon, Pascal Irénée Koupaki, Abdoulaye Bio Tchané et Fernand Amoussou. Ces derniers avaient signé le 15 janvier 2015, au lendemain de la formation de l’alliance FCBE-RB-PRD, un pacte moral pour faire contrepoids au candidat de la mouvance, Lionel Zinsou, lors du second tour de l’élection. Si pour l’instant l’alliance FCBE-PRD-RB parait soudée derrière son candidat, la situation au sein de la coalition de la rupture demeure incertaine.

Cependant, compte tenu des résultats du premier tour et des tractations depuis l’annonce des résultats par la Cour Constitutionelle le 13 mars dernier, Patrice Talon semble être en position de force face à Lionel Zinsou, d’autant plus que les candidats de l’alliance qui est supposée le porter ont totalisé ensemble plus de 63 % des voix. En effet, Talon bénéficie pour l’instant du soutien d’une vingtaine de candidats malheureux. Le 14 mars, ces derniers, y compris le candidat Sébastien Ajavon sorti troisième du premier tour avec 22,96% des voix, ont signé un protocole d’accord pour apporter leurs soutiens à Patrice Talon lors du second tour.

Par ailleurs, la performance enregistrée par Talon est d’autant plus remarquable qu’il ressort en deuxième position du scrutin alors qu’il s’était présenté à l’élection en tant que candidat indépendant. Néanmoins, d’éventuels désistements, revirements de dernière minute au profit de Lionel Zinsou ne sont pas à exclure. En outre, il n’est pas certain que les militants à la base suivront les consignes de vote.

Après un premier tour qui s’est déroulé dans un climat globalement apaisé, les institutions en charge de l’organisation de l’élection doivent maintenant relever le défi d’un second tour pacifique et garantir la transparence et la crédibilité des résultats.

Le paysage politique béninois ne sera plus le même au sortir de ces élections. Quel qu’en soit l’issue, le président élu aura la lourde responsabilité de rassembler les différentes forces politiques pour faire face aux défis que sont la pauvreté, le chômage des jeunes, la corruption, et la securité intérieure.

Ella Jeannine Abatan, Chercheur boursier, Division Prévention des Conflits et Analyse des Risques, ISS Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>