ISS Today
Home / ISS Today / World Maritime Day: Senegal, here's your chance
World Maritime Day: Senegal, here's your chance
24 September 2015

Pour la version française, cliquez ici

If Senegal wants to become an international shipping hub, ‘it must face the challenge of seafarers’ training.’ This was part of a statement made by Oumar Guèye, the Senegalese minister of fisheries and maritime economy, at a recent ceremony in Dakar.

Today, 24 September, is World Maritime Day. Guèye’s statement echoes the key messages of this year’s event, which is themed ‘Maritime Education and Training’.

Senegal’s National Agency for Maritime Affairs (NAMA) will mark the occasion with a symposium that will allow those involved in maritime education to align their programmes with the needs of the maritime industry.

NAMA’s commemoration of World Maritime Day will be held on 30 September next week. The International Maritime Organisation (IMO) allows member states flexibility in terms of when they observe the event. The symposium will be structured along three sub-themes, namely the quality of education; building the capacity of artisanal fishermen; and training on port professions.

To become an international shipping hub, Senegal must face the challenges around maritime training
Tweet this

About 80% of accidents in maritime navigation can be attributed to human error. Education is therefore key, and the IMO sets strict standards for the content and quality of seafarers’ training.

To help prevent such accidents, the Convention on Training Standards for Seafarers, Certification and Watchkeeping (STCW) was adopted in 1978. It has been amended several times – most recently in 2010. The STCW aims to prevent unqualified staff from being placed in charge of maritime navigation. It requires that each member state set up a system to control the quality of training and seafarers’ certification.

When crew members have not graduated from a maritime centre that meets the STCW requirements, a vessel is classified as sub-standard and can be seized during port controls. In addition to these navigation standards, all sailors must master the security and safety measures prescribed by the Convention for the Safety of Life at Sea (SOLAS). In particular, they must be familiar with the International Safety Management (ISM) Code and the International Ship and Port Facility Security (ISPS) Code – two mandatory quality assurance systems.

The second sub-theme – building the capacity of artisanal fishermen – is also significant given that Senegal has a sizeable population of fishermen who do not have a formal maritime education. In most cases, the profession is passed on from father to son. As a result, Senegal’s maritime administration will launch a project at the symposium to professionalise this group of fishermen.

About 80% of accidents in maritime navigation can be attributed to human error
Tweet this

Traditional fishermen are not aware of international fishery standards. The project will equip them with basic knowledge in this regard, and the trainees will subsequently receive certificates allowing them to command open boats. After recording a certain period of navigation, they can qualify as ‘professional fishermen,’ which will allow them to work on industrial fishing vessels.

The third, and last, sub-theme on port professions will create an opportunity for education and training institutions to promote new modules. This will likely include discussions on the new ‘Port Masters’ programme. Developed three years ago, this programme provides support staff to officers who deal principally with the positioning of ships in port and maritime safety.

The event will also be an occasion to raise key questions around employment opportunities, and how regional maritime schools can maximise their role. This might include discussions on which industrial fishing vessels can provide employment opportunities for national professional fishermen. Some 38 industrial fishing vessels from European Union countries are currently authorised to operate in Senegalese waters, following an agreement signed last year. The agreement does not stipulate how many Senegalese fishermen ought to be on the crew lists of the foreign vessels. Instead, it only specifies that these ships must have crews made up of 20% Senegalese or Africa Caribbean Pacific (ACP) seamen – there are 79 ACP countries.

On the inclusion of Senegalese workers, there is only one requirement that foreign industrial shipping vessels must adhere to: they must have on board a Senegalese observer, whose salary is borne by the Senegalese government. Absorbing people trained in port professions into the maritime workforce could also be problematic given that the maritime industry does not always make clear which education and training needs are in demand.

Senegal has a sizeable population of fishermen who do not have a formal maritime education
Tweet this

Training schools are often profit driven. As such, they might accept more students than are needed in the maritime labour market, thereby increasing the number of job seekers for a limited set of positions. 

The Senegalese government will likely find positions for the 14 port masters who have already been trained for this work at the government’s initiative. They could potentially be employed at the seaport of Dakar and the four secondary ports of Ziguinchor, Kaolack, Saint Louis and Foundiougne Ndakhonga.

However, new port masters trained in the future might not benefit from the same opportunity, as the demand for such workers is very limited.

The question of resources being mutualised at the regional or inter-regional level might also be discussed at the symposium. The Maritime Organisation of West and Central Africa, which has 25 member states including Senegal, has established two centres of excellence in Abidjan, Côte d’Ivoire and Accra, Ghana. Senegal has stopped sending participants to these centres for many years, despite recommendations from the Economic Community of West African States (ECOWAS).

World Maritime Day is a crucial opportunity for Senegalese maritime authorities to review the major issues and challenges related to maritime education in the country.

They should view this day as a chance to receive and respond to constructive criticism from stakeholders: an essential step forward in boosting the country’s blue economy.

Barthélemy Blédé, Senior researcher and André Diouf, Intern, Conflict Management and Peacebuilding Division, ISS Dakar

______________________________

Journée mondiale de la mer: une chance à saisir pour le Sénégal

Si le Sénégal veut devenir un hub maritime international, « il doit relever le défi de la formation des gens de mer ». Cette déclaration de Oumar Guèye, ministre sénégalais de la pêche et de l’économie maritime, lors d’une cérémonie officielle le 6 août dernier à Dakar, montre toute l’importance que les autorités de ce pays accordent à l’enseignement maritime.

Aujourd’hui 24 septembre où le monde célèbre la Journée mondiale de la mer, la déclaration de Guèye reste d’actualité et en phase avec le thème de cette journée qui est « l’éducation et la formation maritimes ».

L’Agence nationale des affaires maritimes (ANAM) du Sénégal commémorera la journée mondiale de la mer le 30 septembre, l’Organisation Maritime Internationale (OMI) offrant une telle flexibilité aux Etats membres.  L’ANAM marquera la journée par l’organisation d'un symposium au cours duquel les professionnels de l’enseignement confronteront leurs programmes aux attentes de l’industrie maritime. Le symposium sera organisé en trois sous-thèmes à savoir la qualité de l’enseignement; le renforcement des capacités des pêcheurs artisans; et la formation aux métiers portuaires.

Si le Sénégal veut devenir un hub maritime international, il doit relever le défi de la formation des gens de mer 

Environ 80% des accidents dans la navigation maritime sont attribués à une erreur humaine. Par conséquent, l’enseignement maritime est d’une importance primordiale et l’OMI édicte des normes pour garantir le contenu et la qualité de la formation des marins. Afin d’aider à prévenir de tels accidents, fut adoptée en 1978 la convention sur les normes de formation des gens de mer, de délivrance des brevets et de veille (connue sous l’acronyme anglais STCW) ; convention qui a subi plusieurs amendements dont le dernier remonte à 2010. Son but principal est d’éviter de confier la navigation à des personnels non qualifiés. Elle impose à chaque Etat membre de mettre en place un dispositif de contrôle de la qualité de la formation et de la délivrance des brevets.

Un navire ayant par exemple à son bord des membres d’équipage issus d’une école dont l’enseignement ne respecterait pas les exigences de cette convention serait classé comme un navire sous norme. Il pourrait être, de ce fait, détenu à l’occasion de contrôles au port. En plus des règles de navigation, le marin doit maîtriser les mesures de sécurité et de sûreté prescrites par la convention pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS). Il doit en particulier être familiarisé au code international de gestion de la sécurité (ISM) et au code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires (ISPS) – deux instruments de démarche qualité issus de la convention SOLAS.

Environ 80% des accidents dans la navigation maritime sont attribués à une erreur humaine

Le deuxième sous-thème traitant du renforcement des capacités des pêcheurs artisans sera aussi d’un grand intérêt car le pays compte une forte proportion de pêcheurs qui n’ont pas bénéficié d’une formation formelle. Dans la plupart des cas  le métier de pêcheur se transmet de père en fils. C’est ce qui motive l’administration maritime sénégalaise à saisir l’opportunité offerte par le symposium pour promouvoir son projet de professionnalisation des pêcheurs artisans.

Ce projet entend doter les pêcheurs artisans de connaissances de base relatives aux normes internationales qui gouvernent les activités halieutiques. Les apprenants obtiendront une carte professionnelle pouvant leur permettre de commander des embarcations non pontées. Ils pourront par la suite obtenir le titre de marin pêcheur professionnel après avoir accumulé un temps donné de navigation ; toute chose qui leur permettra d’exercer à bord de navires de pêche industrielle.

Le troisième et dernier sous-thème concernant les professions portuaires sera l’occasion pour les institutions de formation de faire la promotion de leurs nouvelles filières. Le symposium va probablement débattre de la formation des maîtres de port qui fut initiée au Sénégal il y a seulement trois ans pour permettre aux officiers de port – chargés à titre principal des mouvements des navires et de la sécurité maritime – de disposer d’un personnel de soutien.

L’événement sera également l'occasion pour soulever des questions clés ; notamment celles relatives aux opportunités d’emploi et à la mutualisation des ressources (consistant en l’utilisation commune des écoles maritimes régionales).

Par exemple, les participants au symposium pourraient se demander sur quels navires de pêche industrielle les pêcheurs professionnels nationaux trouveraient de l’emploi. En effet 38 navires de pêche industrielle de pays de l'Union européenne (UE) sont actuellement autorisés dans les eaux sénégalaises en vertu d'un accord de pêche signé l'an dernier. Cet accord ne prévoit pas de disposition claire exigeant l’embauche de pêcheurs sénégalais sur ces navires étrangers. Il stipule au contraire que ces navires emploient 20% de marins sénégalais ou originaires des pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP) (Il y a 79 pays ACP).

Le Sénégal compte une forte proportion de pêcheurs qui n’ont pas bénéficié d’une formation formelle

Il est cependant obligatoire qu’un observateur sénégalais, rémunéré par le Sénégal, soit embarqué sur chacun de ces navires.

L’absorption des personnes formées aux métiers portuaires pourrait être également problématique puisque les besoins de formation ne sont pas toujours exprimés par l’industrie maritime. Des écoles de formation agissent souvent comme des entreprises à la recherche de profits. De ce fait, elles pourraient recevoir plus d'étudiants que cela n’est nécessaire et augmenter ainsi le nombre des demandeurs d’emploi.

Le Gouvernement du Sénégal saura probablement trouver des postes de travail aux 14 maîtres de port qui ont été formés à sa demande. Le port de Dakar et les quatre ports secondaires du pays que sont Ziguinchor, Kaolack, Saint-Louis et Foundiougne-Ndakhonga pourraient être leurs destinations. Cependant, de nouvelles promotions de maîtres de port pourraient ne pas bénéficier d’une telle chance, la demande pour cette profession étant très limitée.

La question de la mutualisation des moyens au niveau régional ou international pourrait également être un sujet de discussion. En effet, l’Organisation maritime de l’Afrique de l’Ouest et du centre (OMAOC), qui regroupe 25 Etats dont le Sénégal, dispose de deux centres d’excellence à Abidjan, Côte d’Ivoire et à Accra, Ghana. Le Sénégal n’affecte plus depuis plusieurs années d’élèves dans ces centres malgré les recommandations de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

La Journée mondiale de la mer offrira ainsi aux autorités maritimes sénégalaises, l’occasion de passer en revue les principaux problèmes et défis de l'enseignement maritime dans leur pays. Elles devraient aussi considérer cette journée comme une opportunité pour prendre en compte les critiques constructives de la part des acteurs concernés ; ce qui est primordial pour stimuler l'économie bleue du pays.

Barthélemy Blédé, chercheur principal et André Diouf, stagiaire, Division Gestion des conflits et consolidation de la paix, ISS-Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>