ISS Today
Home / ISS Today / Will Benin get another 'international' president in 2016?
Will Benin get another 'international' president in 2016?
18 December 2015

Pour la version française, cliquez ici

After several declarations and denials, Prime Minister Lionel Zinsou was nominated by Benin’s ruling coalition, the Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), as the only candidate to succeed President Thomas Boni Yayi when the first round of elections are held on 28 February 2016.

Zinsou’s nomination on 26 November puts an end to widespread speculation about who would suceed Boni Yayi.

But it raises several questions about Beninese politics and specifically the choice of leadership for the country’s top job.

Zinsou is a Franco-Beninese whose career spans being an advisor to former French Prime Minister Laurent Fabius, an investment banker at Rothschild, and later head of PAI Partners in Paris. It was just six months ago that he was appointed Benin’s Prime Minister.

What does Zinsou’s profile say about the role and influence of Benin’s diaspora in the country’s national politics? And why does his ‘international’ character seem so decisive in the choice of president for the country? Are political parties unable to select – from their own ranks – a consensual and high-calibre candidate for the highest office?

What does Zinsou’s profile say about the diaspora’s role in Benin’s politics?
Tweet this

Benin’s diaspora is estimated at 4.5 million people, which is nearly half the population of the country itself. It is, particularly with regard to its economic contribution, a strength and an asset to the country. According to the Central Bank of West African States, between 2000 and 2009, annual net transfers from the diaspora amounted to approximately US$28.9 million, representing over 2.4% of Benin's Gross Domestic Product.

Beyond its economic importance, Benin’s diaspora also plays a key role in the democratic debate. Its impact on the election results is still marginal – of 2.5 million potential voters, only about 300 000 are expected to vote in 32 countries in the presidential election. Nevertheless the diaspora has provided two of Benin’s three presidents since the 1990 National Conference that brought democracy – Nicéphore Dieudonné Soglo and Boni Yayi.

Both leaders came at a time when Beninese wanted change, not just in their politicans but also in the country’s governance. Despite resistance and attempts to exclude presidential contenders based on dual nationality or residence clauses, the 1990 Constitution settled once and for all the conditions for election eligibility. A 1995 Constitutional Court challenge over legislation that prohibited candidates with dual citizenship from running in the 1996 presidential election was ruled unconstitutional.

Beninese worry about Zinsou’s loyalty and his ability to govern in their interests
Tweet this

According to Article 44 of the Constitution and Article 336 of the Electoral Code, ‘no person may be a candidate for the office of President unless he is of Benin nationality by birth or acquired for at least ten years’.

In addition, the Dahomey (now Benin) nationality code, which is still in force, provides that an ‘individual who acquires Dahomey nationality enjoys from the date of this acquisition all the rights attached to the status of Dahomey’.

Therefore, unlike the provisions in several other African countries, Benin's constitutional framework does not discriminate on the question of nationality.

Nevertheless, a few months before the presidential election, Benin’s citizens are concerned not so much about Zinsou’s nationality or his past residence status, but his loyalty to Benin and his ability to govern in the interests of Beninese. His appointment as Prime Minister and his designation as the FCBE’s only presidential candidate are perceived, rightly or wrongly by some domestic observers, as a choice imposed by France and an expression of its neocolonial ambitions.

Furthermore, since the 1990s, the political experience of Benin shows that most Beninese are aware of the ‘international’ character of candidates for the highest office. Indeed, the first president of the democratic era, Soglo, as well as the incumbent Boni Yayi, have greatly benefited from their international experience in their climb to power.

The penchant of Beninese for contenders with an international profile could be because they are considered untainted by the country’s numerous financial scandals. They might also be perceived as having fresh solutions to the suffering of their fellow citizens. This trend has become an important dynamic in Benin’s politics, even though there is no consensus on the diaspora’s real contribution to the socio-economic development of the people.

Will Beninese make an exception by voting this time for a ‘local’ candidate?
Tweet this

After 25 years of democracy, Zinsou’s candidacy also highlights the difficulty that political parties face in grooming credible contenders for the top job. All three presidents, two of whom have had an international career, initially entered the picture as ‘independent candidates’ supported by a coalition of political parties with short-term ambitions.

Three months before the presidential elections, this scenario is about to be repeated. With the exception of the FCBE, no other political party has a candidate capable of winning the presidential election. Adrien Houngbédji, the 2011 presidential election candidate of the main opposition coalition – the Union fait la Nation (UN) – is ineligible for the 2016 election because of the age limit.

The UN now seems to be struggling to nominate a new candidate. Even in the case of the FCBE, which managed to choose a candidate, internal tensions are threatening to weaken the coalition. The difficulties these coalitions face is a result of their inability to come up with democratic nomination procedures for selecting their leader. They also struggle to rally behind a single platform, strategy and common goals.

Given the absence of Benin’s four traditional heavyweights of the past two decades namely Bruno Amoussou, Adrien Houngbédji, Idji Kolawolé and Boni Yayi at the next presidential election, the race in 2016 seems more open than ever and there is some uncertainty as to who will be the country’s next president.

Will Beninese make an exception by voting this time for a ‘local’ contender or place their confidence once more in an ‘international’ candidate?

Ella Jeannine Abatan, Junior Fellow, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar

______________________________

Le Bénin aura-t-il un autre président «international» en 2016?

Alors que le dernier mandat du président béninois Yayi Boni tire à sa fin, l’une des questions qui ont captivé l’attention a été le choix du dauphin de ce dernier, lequel devra représenter les Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), la coalition au pouvoir, lors de l'élection présidentielle du 28 février 2016. En effet, le 26 novembre dernier, après plusieurs déclarations et démentis, le premier ministre Lionel Zinsou a été désigné comme candidat unique des FCBE.

Bien que cette désignation mette fin aux nombreuses supputations sur l’identité du dauphin de Yayi Boni, le profil du franco Béninois Lionel Zinsou - ancien conseiller de Laurent Fabius, alors que celui-ci était encore Premier ministre Français, et ancien banquier d’affaires chez Rothschild puis président de PAI Partners - soulève trois questions relatives à la scène politique béninoise. Il s'agit tout d'abord du rôle et du poids de la diaspora dans la vie politique nationale. Ensuite, Il y a l’experience “internationale” qui semble se présenter comme un facteur déterminant dans le choix du président de la République. Enfin, ce qu'on pourrait interpréter comme une sorte d'incapacité des partis politiques à faire émerger de leurs rangs une candidature consensuelle et d’envergure pour la magistrature suprême.

Quelle analyse peut-on faire du profil de Zinsou quant au rôle de la diaspora dans la vie politique du Bénin?

Au-delà de la perception de parachutage de Lionel Zinsou, il faut souligner le poids et l’importance de la diaspora béninoise dans le débat démocratique national.

En effet, la diaspora béninoise, estimée à 4.5 million d’individus, soit près de la moitié de la population du Bénin, représente, notamment au regard de sa contribution économique, une force et un atout pour le Bénin.

Selon la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, entre 2000 et 2009, les transfers net annuels de la diaspora à destination du Bénin se sont élevés à environ 28,9 millions de dollar, ce qui représente plus de 2.4% du Produit intérieur brut du pays.

Au-delà de son importance économique, la diaspora béninoise joue aussi un rôle majeur dans le débat démocratique. Si l’impact de la diaspora sur les résultats électoraux reste encore marginale - sur 2,5 million potentiels électeurs, approximativement 300 000 sont attendus aux urnes dans 32 pays pour l’élection présidentielle - force est de constater qu’elle a déjà offert au Bénin deux des trois présidents du renouveau démocratique. Il s’agit de l’ancien président Nicéphore Soglo et de l'actuel président Thomas Yayi Boni. Ces personnalités, issues de la diaspora, sont venues à un moment où les Béninois aspiraient au changement, aussi bien du point de vue du personnel politique, que de la gouvernance du pays. Malgré les réticences et les tentatives d’exclusion sur les bases de double nationalité ou de résidence, la constitution du 11 décembre 1990 a définitivement tranché la question en évitant un conflit inutile qui a fait des ravages ailleurs. La cour constitutionnelle saisie d’une requête sur l’article 5 de la Loi no 95-015 du 11 décembre 1995 interdisant à des candidats béneficiant de la double nationalité de se présenter à l’élection présidentielle de 1996, a déclaré cette disposition anticonstitutionelle.

Les Béninois s’inquiétent sur la loyauté de Zinsou et sa capacité à gouverner dans leurs intérêts.

En effet, selon l’article 44 de la constitution et l’article 336 du code électoral “nul ne peut être candidat aux fonctions de président de la République s'il n'est de nationalité béninoise de naissance ou acquise depuis au moins dix ans”.

En outre, la loi n° 65-17 de 1965, portant code de la nationalité Dahoméene (actuel Bénin), toujours en vigueur, dispose en son article 40 que “l’individu qui acquiert la nationalité dahoméenne jouit à dater du jour de cette acquisition de tous les droits attachés à la qualité de Dahoméen”. Il résulte que, contrairement aux dispositifs de plusieurs pays Africains, le cadre constitutionnel du Bénin sur la question de la nationalité n’est pas discriminant.

Toutefois, l’une des préoccupations soulevées par les citoyens à quelques mois de l’élections présidentielle n’est pas tant relative à la résidence passée du candidat Lionel Zinsou qu’à sa nationalité. Il est ici question de son allégeance et de sa loyauté envers le Bénin de même que sa capacité à le gouverner dans l’intérêt des Béninois.

En dépit de tous ces facteurs qui semblent favorables aux membres de la diaspora, la nomination de Lionel Zinsou comme premier ministre et sa désignation comme candidat unique des FCBE sont perçues, à tort ou à raison, par une partie de l’opinion publique et certains observateurs nationaux comme un choix imposé par la France et l’expression de velleités néo-colonialistes. Par ailleurs, en acceptant de succéder à l’actuel président sortant, Lionel Zinsou héritera de fait du bilan de son prédécesseur, ce qui présage d'une posture délicate. Il devra ainsi s’assurer du soutien du président sortant tout en se distinguant de ce dernier.

Aussi, l’expérience politique du Bénin depuis les années 1990 révèle que la plupart des citoyens béninois ne sont pas insensibles au parcours “international” dont pourrait se prévaloir les candidats à la magistrature suprême. En effet, le premier président de l’ère démocratique, Nicéphore Soglo, tout comme l’actuel président sortant, Yayi Boni, ont largement bénéficié de leurs experiences internationales pour se hisser au pouvoir.

Les Béninois feront-ils l’exception cette fois-ci en votant pour un candidat « local »?

Le penchant pour les prétendants au profil international pourrait trouver son explication dans le fait qu'ils sont considérés comme n'ayant pas été impliqués dans les scandales économiques qui émaillent la gouvernance du pays et qu’ils détiendraient des solutions aux souffrances de leurs concitoyens. Tout porte donc à croire que cette tendance s’établit comme une dynamique incontournable dans la vie politique du Bénin même si les appréciations divergent sur la contribution réelle de la diaspora à l’épanouissement socio-économique des populations.

En outre, après 25 ans d'expérience démocratique, la candidature de Lionel Zinsou tend également à mettre en lumière la difficulté des partis politiques à faire émerger des prétendants crédibles à même de conquérir le pouvoir. Tous les trois présidents dont deux ayant eu une carrière “internationale” se sont présentés en “candidats indépendants” soutenus par une coalition hétéroclite de partis politiques aux ambitions inscrites dans le court terme.

Ce scénario est en passe de se reproduire à moins de trois mois de l’élections présidentielle. En effet, aucun parti politique ne dispose de candidat d’envergure nationale et internationale capable de remporter le scrutin présidentiel. Les plus grandes coalitions et partis politiques à l’exception des FCBE peinent encore à se trouver un candidat à même de les représenter. En comparaison, pour l’élection présidentielle de mars 2011, le candidat unique de l’Union fait la Nation (UN), la plus grande coalition de l’opposition, avait été désigné le 9 avril 2010, à un peu moins d’un an de l’élection. En l’absence de son candidat unique à l’élection de 2011, Adrien Houngbédji, qui est sous le coup de la limite d’âge, l’alliance semble ne pas pouvoir s’accorder sur le choix d’un candidat unique. En ce qui concerne les FCBE, bien que la coalition ait réussi à choisir un candidat unique, elle fait face à des tensions internes qui risquent de la fragiliser. Ces difficultés auxquelles ces coalitions politiques sont confrontées résulteraient de leurs incapacités à cultiver des processus démocratiques de désignation de leur leader et surtout à se rassembler derrière une plateforme, une strategie, et des objectifs communs.

De ce fait, compte tenu de l’absence, lors de la prochaine élection présidentielle, des quatre poids lourds traditionnels de ces deux dernières décennies à savoir Bruno Amoussou, Adrien Hougbedji, Idji Kolawole et de Yayi Boni, le jeu électoral de 2016 semble plus que jamais ouvert et l’incertitude règne quant à l’identité du prochain président du Bénin. Reste à savoir si les Béninois feront exception en votant cette fois-ci pour un candidat “local” ou accorderont une nouvelle fois leur confiance à un candidat “international”.

Ella Jeannine Abatan, Chercheure boursière, Division Prévention des Conflits et Analyse des Risques, ISS Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>