ISS Today
Home / ISS Today / West Africa mobilises against maritime insecurity
West Africa mobilises against maritime insecurity
14 August 2015

Pour la version française, cliquez ici

‘West Africa is on track to secure and take more advantage of its blue economy.’

These were the words of Baye Meissa Khoule, a captain in the Senegalese Navy and chairman of a group of West African experts who recently validated a priority action plan for the implementation of the Economic Community of West African States’ (ECOWAS) integrated maritime strategy (EIMS).

On 27 and 28 July in Abuja, Nigeria, 30 delegates from the 15 ECOWAS member states carried out an in-depth examination of the regional maritime strategy, identifying 20 priority activities to be implemented between 2016 and 2020.

These activities are not only limited to the framework of maritime security, but also extend to other key areas such as governance, economy, environment, education and research.

One such key activity is the adoption of a common maritime code, which will follow on an evaluation of maritime legal frameworks. The strengthening and harmonising of these maritime regimes should aim to address issues of impunity, and mitigate weaknesses in regulations that relate to unlawful acts at sea, the protection of seafarers, and compensation for losses or damage to seaborne goods.

ECOWAS must encourage members to ratify major international maritime conventions
Tweet this

In addition to the planned maritime code, the experts requested that the ECOWAS Commission encourage member states to ratify the major international maritime conventions and make them mandatory at national levels. Delegates also proposed activities aimed at promoting the maritime economy and food security. The conservation of fishery resources, measures for fighting illegal, unreported and unregulated fishing; and the development of aquaculture were subsequently incorporated into the priority plan.

A suggestion was to establish protected areas for marine species' rest and reproduction. The experts also advised countries wishing to authorise so-called flags of convenience (when a ship is registered to a country, but not necessarily from that country) for economic reasons to exclude fishing vessels, since these are sometimes used to mask the illicit trafficking of drugs and migrants.

Drawing attention to the negative effects of ecosystem degradation, the delegates also suggested that all 12 coastal countries in the region immediately set up units to both prevent and fight marine pollution. The delegates further advised that at least one liquid waste reception facility be built in a West African seaport by 2020.

In August 2006 the Probo Koala, a Panamanian flagged vessel managed by Swiss-Dutch company Trafigura, dumped over 500 cubic metres of toxic waste in various parts of the Ivorian economic capital, Abidjan. According to official figures, the incident caused more than 15 deaths and poisoned over 100 000 people, to whom compensation has still not been fully paid.

Had Abidjan, or another port in the region, possessed a liquid waste facility, the Probo Koala disaster could have been averted. This project is therefore vital if future disasters of this nature are to be avoided. Assumed to be a costly project, it could reasonably be conducted through a public-private partnership.

At least one liquid waste reception facility should be built in a West African seaport by 2020
Tweet this

In addition, the priority activities also include an assessment of port security, the promotion of maritime tourism, and support to maritime training centres of excellence in the region. As a next step, the ECOWAS Council of Ministers will be required to endorse the outcomes of the meeting, which will then become binding on member states. The meeting builds on the momentum generated by the effective implementation of the ECOWAS maritime strategy, following the adoption of this document on 29 March 2014.

ECOWAS has indeed made considerable progress in building its maritime security architecture. The multinational coordination centre in Cotonou, Benin of its so-called pilot Zone E – which includes Nigeria, Togo, Benin and Niger – is operational. Plans are also underway for the inauguration, before the end of this year, of a similar centre in Accra, Ghana, for Zone F – made up of Ghana, Côte d'Ivoire, Liberia, Guinea, Sierra Leone and Burkina Faso.

Isaac Armstrong, Acting Regional Security Division Head at ECOWAS, is optimistic about the opening of the Regional Centre of Maritime Security in West Africa, based in Abidjan, which will coordinate the activities of the three maritime zones. According to Armstrong, however, a few challenges must still be ironed out with regard to Zone G, which includes Senegal, the Gambia, Guinea Bissau, Cape Verde and Mali. This zone is still looking for a host country. It is hoped that under its current presidency of the organisation, Senegal will agree to host it.

Member states are also implementing a considerable number of activities aimed at protecting maritime economies. There is evidence of a strong political will from Nigeria, especially since President Muhammadu Buhari took office in May this year, to overcome problems such as the smuggling of oil, piracy and armed robbery on board ships. The new authorities banned 113 tankers from Nigerian waters after these were suspected of being involved in illegal activities.

There is evidence of a strong political will from Nigeria to overcome maritime problems
Tweet this

Operators of illegal refineries are often arrested after the sacking and replacement of the managing director of the Nigerian National Petroleum Corporation, a public organisation managing Nigerian interests in the national oil industry.

The chief of navy staff was also replaced as part of a general shake-up targeting military leaders and officers. Buhari is also considering investigations in foreign countries where former top officials, including past ministers, are alleged to have bank accounts supplied with revenue generated from illegal activities in the oil sector.

It seems these decisions are delivering results. Last month, the Nigerian Navy announced a drastic reduction in losses due to oil theft from 2 400 000 to 300 000 barrels per month. The Nigerian Joint Task Force also announced the destruction of illegal refineries, seizure of weapons and ammunitions, and the arrest of suspected armed robbers or pirates. However, these apparent good commitments of the new regime in Abuja should not, it is hoped, become an excuse for settling old political scores.

All these actions undertaken in West Africa point to a region that is determined to curb maritime insecurity. It is hoped that the priority plan of action will be endorsed and implemented without delay, and that member states will continue the fight against the maritime threats in the same spirit.

Barthélemy Blédé, Senior Researcher, Conflict Management and Peacebuilding Division, ISS Dakar

___________________________

L’Afrique de l’Ouest se mobilise contre l’insécurité maritime

« L’Afrique de l’Ouest est sur la bonne voie pour sécuriser et tirer le meilleur profit de son économie maritime ». Ces mots sont de Baye Meissa Khoule, capitaine de vaisseau de la marine sénégalaise et président des travaux d’un groupe d’experts ouest-africains qui a récemment validé un plan d’actions prioritaires pour la mise en œuvre de la Stratégie maritime intégrée (SMI) de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Les 27 et 28 juillet à Abuja, Nigéria, 30 délégués issus des 15 États membres de la CEDEAO ont passé en revue la stratégie maritime régionale et en ont tiré 20 activités à mettre en œuvre entre 2016 et 2020.

Ces activités vont au-delà du cadre de la sûreté maritime et s’étendent à d’autres domaines clés tels que la gouvernance, l’économie, l’environnement, l’enseignement et la recherche.

L’une d’entre elles est l’adoption d’un code maritime commun qui fera suite à une évaluation des régimes juridiques maritimes des pays de la région. Le renforcement et l’harmonisation de ces régimes devraient être une réponse aux questions d’impunité et de faiblesse des réglementations relatives à la répression des actes illicites commis en mer, à la protection des gens de mer et à l’indemnisation des victimes en cas de pertes ou d’avaries aux marchandises.

La commission de la CEDEAO doit encourager les États membres à ratifier les conventions maritimes internationales majeures

En plus du code maritime en projet, les experts ont souhaité que la commission de la CEDEAO encourage les Etats membres à ratifier les principales conventions maritimes internationales et à adopter des textes d’application pour les rendre obligatoires au niveau national. Les délégués ont aussi proposé des activités visant à promouvoir l’économie maritime et la sécurité alimentaire. Dans cette perspective, des mesures de conservation des ressources halieutiques, de lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée et de développement de l’aquaculture ont été prévues dans le plan d’action.

Les experts ont notamment suggéré la création d’aires marines protégées pour le repos des espèces marines et leur reproduction. Ils ont aussi souhaité que les États qui veulent créer des pavillons de complaisance (qui permettent à un navire de prendre la nationalité d’un pays autre que celui de son propriétaire) pour des raisons économiques, en excluent les navires de pêche qui sont parfois utilisés pour masquer les trafics illicites de drogue et de migrants.

Attirant l’attention sur les effets néfastes de la dégradation de l’écosystème, les experts ont en outre proposé que tous les 12 pays côtiers de la région se dotent presqu’immédiatement de structures de prévention et de lutte contre la pollution marine. Aussi, conseillent-ils qu’à l’horizon 2020, au moins une station de réception et de traitement de déchets liquides soit construite dans un port de la région.

En août 2006, le Probo Koala, un navire battant pavillon panaméen et géré par la compagnie néerlando-suisse Trafigura avait déversé plus de 500 mètres cubes de déchets toxiques en plusieurs endroits de la ville d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne. D’après des rapports officiels, l’incident avait fait plus de 15 morts et 100 000 intoxiqués dont l’indemnisation n’est pas encore terminée. Si le port d’Abidjan ou un autre port de la région était doté d’une station de déchets liquides, la catastrophe du Probo Koala aurait pu être évitée. Ce projet est donc primordial si on veut prévenir de telles catastrophes. Etant donné son coût que l’on estime élevé, le projet devrait être raisonnablement réalisé à travers un partenariat public-privé.

Au moins une station de réception de déchets liquides devrait être construite dans un port maritime de l’Afrique de l’Ouest d’ici 2020 

D’autres activités prioritaires portent sur une évaluation de la sûreté des ports, la promotion du tourisme maritime et l’appui aux centres de formation maritime d’excellence de la région. Comme ultime étape, le conseil des ministres de la CEDEAO sera sollicité pour entériner les conclusions de la réunion afin de les rendre opposables aux Etats membres.

La CEDEAO entend ainsi continuer sur sa lancée de mise en œuvre de sa stratégie maritime après l’adoption de ce document le 29 mars 2014. L’organisation régionale a déjà réalisé d’énormes progrès dans la construction de son architecture de sûreté maritime. Elle a notamment rendu opérationnel le centre multinational de coordination de sa zone pilote dite Zone E à Cotonou au Bénin qui comprend le Nigéria, le Togo, le Bénin et le Niger. Des préparations sont en cours pour l’installation, avant la fin de l’année, d’un centre similaire à Accra au Ghana pour la zone F composée du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Liberia, de la Guinée, de la Sierra Leone et du Burkina Faso.

Isaac Armstrong, chef par intérim de la division Sécurité régionale de la CEDEAO, se dit optimiste pour l’ouverture prochaine du Centre régional de sécurité maritime de l’Afrique de l’Ouest (CRESMAO) basé à Abidjan, qui va assurer la coordination des activités des trois zones maritimes. Selon Armstrong, quelques difficultés se poseraient encore pour le fonctionnement de la zone G comprenant le Sénégal, la Gambie, la Guinée, le Cap Vert et le Mali. Cette dernière n’a pas encore de pays hôte. Il est néanmoins à espérer que le Sénégal qui assure actuellement la présidence de l’organisation accepte de l’accueillir.

Le Nigéria affiche une réelle volonté politique pour venir à bout des menaces maritimes

Les États membres entreprennent aussi un certain nombre d’actions allant dans le sens de la protection des économies maritimes. Le Nigéria en particulier, depuis l’investiture du président Muhammadu Buhari en mai dernier, affiche une réelle volonté de venir à bout des problèmes comme le trafic illicite du pétrole, la piraterie et le vol à main armée sur les navires. Les nouvelles autorités ont par exemple interdit d’activité dans les eaux nigérianes 113 navires pétroliers suspectés d’être impliqués dans des activités illicites.

Des opérateurs de raffineries illégales sont souvent arrêtés après le remplacement du directeur général de la Nigerian National Petroleum Corporation, la société publique qui gère les intérêts de l’État dans l’industrie pétrolière nationale. Le chef d’Etat major de la marine a été également remplacé dans le cadre d’un mouvement général de renouvellement visant des dirigeants et officiers militaires.

Buhari envisage aussi des enquêtes à l’étranger où des autorités de l’ancien régime dont des anciens ministres auraient des comptes bancaires alimentés grâce aux activités illicites dans le secteur pétrolier.

Ces décisions semblent déjà donner des résultats. Le mois dernier, la marine nigériane a annoncé une forte réduction des pertes dues au vol du pétrole de 2,4 millions à 300 000 barils par mois. Dans ce même registre, la Joint Task Force, une force mixte, a annoncé la destruction de raffineries illégales, la saisie d’armes et l’arrestation de présumés voleurs à main armée ou de pirates. Il est à souhaiter que ces actes apparemment salutaires ne cachent pas de règlements de comptes contre des adversaires politiques.

Toutes ces actions menées en Afrique de l'Ouest sont le signe d’une détermination à endiguer l'insécurité maritime. Pour parvenir à cette fin, le plan d'actions prioritaires devrait être approuvé et mis en œuvre dans les délais prévus et les États membres devraient continuer à lutter ensemble contre les menaces maritimes.

Barthélemy Blédé, chercheur principal, division Gestion des conflits et consolidation de la paix, ISS Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>