ISS Today
Home / ISS Today / Strategic shift needed to combat violent extremism in Mali
Strategic shift needed to combat violent extremism in Mali
4 December 2015

Pour la version française, cliquez ici

On 20 November, the Malian capital of Bamako once more became the scene of a terrorist attack. 

The assault targeted the Radisson Blu Hotel. Once considered one of the safest establishments in the city, the hotel attracts a mostly foreign clientele.

It claimed 22 lives, including those of two terrorists who were shot and killed by a special unit of the Malian army, which was backed by foreign forces.

Militant jihadist organisations al-Mourabitoun and the Macina Liberation Front (MLF) claimed responsibility for the incident.

The former says it collaborated with al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM), one of the oldest terrorist groups in Mali, while the second claims to have worked with with Ansar Dine leader, Iyad Ag Ghaly.

Far from being an isolated occurrence, this recent attack shares many similarities with the assault on 7 March on a restaurant in downtown Bamako. This series of incidents shows how the terrorist threat is spreading from northern Mali to the southern regions. Given the expansion of terrorist groups and the weak responses of the national security forces, it might only be a matter of time before Bamako sees another attack of this kind.

Armed groups in Mali have changed both their strategies and modes of action
Tweet this

The two groups that claimed responsibility for the recent Bamako incident have been at the centre of this new surge of attacks. The first, al-Mourabitoun, is an alliance between the Movement for Oneness and Jihad in West Africa (MOJWA, or MUJAO) and the Signataires par le sang de Mokhtar Belmokhtar (Those Who Sign with Blood). The second is the MLF.

Most of the fighters in these two groups come from the ranks of MOJWA and AQIM, which is proof of the cooperation that exists between various terrorist groups.

The January 2013 military intervention of international forces in the north had significantly weakened terrorist armed groups. This led to a strategic shift among these movements: new fronts began to emerge in other parts of the country, and some of the groups shifted to unconventional modes of action. A case in point is the hostage drama that took place in Sévaré on 7 August, responsibility for which was claimed by the MLF. Some 13 people died in the attack, which was symptomatic of this tactical change.

Attacks in central and southern Mali also show how these groups are able to operate beyond their traditional geographical areas of action. Ansar Dine leader Iyad Ag Ghaly is confirmed to have close ties with MLF leader Hamadoun Kouffa. With the creation of the MLF, Ag Ghaly therefore seems to have gained important new linkages, marking a territorial and ethnic expansion.

A military response alone will not be enough to solve Mali’s terrorism threat
Tweet this

The increasing number of attacks against international forces in both the north and south shows that these remain, for now, the main target of terrorist groups. This calls into question the ability of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilisation Mission in Mali (MINUSMA) to meet its objectives. MINUSMA, which has among its key responsibilities the protection of civilians, was not created to fight terrorism. How will it achieve its mandate in a context where it is struggling to protect itself and civilian populations?

The 20 November attack evoked shock and emotion in Mali and around the world, and led local Malian authorities to adopt a martial posture. The most visible responses of the Malian authorities was the state of emergency, which was decreed for a period of 10 days, and increased patrols on all major roads in Bamako.

This forceful reaction is partly meant to reassure the population; however, much more needs to be done to overcome the terrorist threat. Current and future measures should take cognisance of the key drivers of violent extremism in Mali as well as the deficiencies of the local security architecture. The asymmetric nature of the terrorist threat means that more sophisticated responses will be needed, since armed groups have clearly changed both their strategies and modes of action.

Two factors should inform responses to these new threats. First, it is clear that a military solution alone will not be enough. However, in the short term, the government must continue to strengthen the Malian Armed Forces (FAMA), with a particular emphasis on intelligence.

Mali must strengthen its armed forces with an emphasis on intelligence
Tweet this

Strong actions are needed, but they should be part of a coherent institutional framework. Moreover, the gradual redeployment of FAMA in the north must be accompanied by investment in access to basic social services. This will help to restore trust between the administration and citizens.

Furthermore, no lasting victory will be possible unless the government’s response forms part of a long-term strategy. This response should be multifaceted and involve greater mobilisation of the authorities to the danger posed by violent extremism.

Besides awareness-raising, in which religious authorities should play an important role, policies against organised crime which benefits terrorist groups could also prove effective.

One has to keep in mind that the terrorist threat has not always been the top priority for Malian authorities. Initially seen as a secondary threat in comparison to the risk of separatism, terrorist groups have now become the most serious challenge to stability in Mali.

A lack of adequate preventive measures, both politically and militarily, left the field open to previously marginalised groups to establish themselves and grow stronger over time. Mali must learn from its past mistakes by adopting a proactive, rather than reactive approach. An approach that seeks to find immediate responses, especially in terms of security measures, and that offers opportunities to unemployed young people, including those who might have lost their way to terrorism for economic gains, would be a step in the right direction.

Ibrahim Maïga, Junior Researcher, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar

______________________________

Lutte contre le terrorisme au Mali : Nécessité d’un virage stratégique

Le 20 novembre dernier, Bamako, la capitale malienne, a été une fois de plus le théâtre d’un attentat revendiqué à la fois par Al-Mourabitoune et par la Katiba Macina plus connue sous le nom de Front de libération du Macina (FLM). Tandis que le premier affirme l’avoir fait en association avec Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI), le plus ancien des groupes terroristes au Mali, le second prétend avoir agi avec Ansar Dine d’Iyad Ag Ghali. L’attaque a visé l’hôtel Radisson considéré comme l’un des plus sécurisés de la ville et fréquenté en majorité par une clientèle étrangère. Le bilan de cet attentat s’élève à 22 morts dont les deux assaillants du commando, abattus par les forces spéciales maliennes appuyées par les forces étrangères.

Loin d’être un fait isolé, cet attentat tout comme celui du 7 mars 2015 visant un restaurant situé en plein cœur de Bamako, s’inscrit dans une série d’attaques qui illustre bien la propagation de la menace terroriste du nord vers le sud. La crainte qu’une telle action se reproduise à Bamako est donc réelle au regard de la volonté expansionniste des groupes terroristes et de la faiblesse des réponses apportées au niveau national.

Les groupes terroristes ont évolué dans leur stratégie et leurs modes d'action

Deux groupes sont au cœur de cette stratégie d’expansion de la terreur : Al Mourabitoune – alliance entre le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest et les Signataires par le sang de Mokhtar Belmokhtar– et le FLM de Hamadoun Kouffa. La plupart des combattants de ces mouvements proviennent des rangs du MUJAO ou d’AQMI et constituent une illustration supplémentaire d’une collusion entre les groupes terroristes présents au Mali.

L’intervention militaire des forces internationales dans le Nord du pays, en janvier 2013, avait affaibli de façon significative les groupes armés terroristes, ce qui a induit un changement de stratégie de la part de ces mouvements. L’émergence de nouveaux fronts dans d’autres parties du pays et le recours à des modes d’action non conventionnels traduisent cette évolution. La prise d’otage à Sévaré, le 7 août dernier dans la région de Mopti, revendiquée par le FLM et qui s’était soldée par la mort de 13 personnes est symptomatique de ce changement de mode opératoire.

Les attaques perpétrées dans le centre et le sud du Mali illustrent également la capacité de ces groupes à opérer au delà de leur repère traditionnel. Avec la création du FLM, Iyad Ag Ghali, dont la proximité avec Kouffa est établie, semble disposer d’un relais important et d’une continuité à la fois territoriale et ethnique.

La multiplication des attaques contre les forces internationales au nord comme au sud montre que celles-ci demeurent, pour l’instant, la principale cible des groupes terroristes. De ce point de vue, la capacité de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) à répondre à la menace est fortement interrogée.

La solution à la menace terroriste ne peut être uniquement militaire

La MINUSMA dont l’une des tâches essentielles du mandat reste la protection des populations civiles n’a pas vocation à faire de la lutte anti-terroriste. Dès lors, la question se pose de savoir comment elle compte remplir cette mission si elle éprouve des difficultés à se protéger elle-même et de défendre les victimes collatérales que sont les populations.

L’onde de choc ainsi que l’émoi suscités sur le plan national et international par l’attentat du 20 novembre ont conduit les autorités maliennes à adopter une posture martiale. L’état d’urgence décrétée sur toute l’étendue du territoire, pour une période de 10 jours, et une augmentation des patrouilles sur toutes les grandes artères de Bamako constituent les mesures les plus visibles du renforcement du dispositif sécuritaire.

Cette réaction énergique en partie destinée à rassurer les populations ne suffira pourtant pas pour venir à bout de ces groupes terroristes. Il faudrait, en plus de ces mesures, une véritable réflexion sur les principaux moteurs de l’extrémisme violent au Mali ainsi qu’une prise en compte des insuffisances de l’architecture sécuritaire malienne. Le caractère asymétrique de la menace exige des réponses plus sophistiquées car de leur côté, les groupes terroristes, ont évolué dans leur stratégie et leurs modes d'action.

Les réponses à la menace que pose ces groupes doivent donc intégrer deux dimensions importantes. D’une part, il est clair que la solution à cette menace ne peut être uniquement militaire. Toutefois, à court terme l’État doit poursuivre le renforcement des Forces armées maliennes (FAMA) en mettant un accent particulier sur le renseignement.

Le Mali doit poursuivre le renforcement des FAMA en mettant un accent particulier sur le renseignement

Il faut envisager des actions fortes, mais surtout coordonnées, s’inscrivant dans un cadre institutionnel cohérent. Par ailleurs, le redéploiement progressif des FAMA dans le Nord doit être accompagné d’investissements pour l’accès des populations aux services sociaux de base afin de rétablir le lien de confiance entre l’administration et les administrés.

D’autre part, aucune victoire ne saurait être possible sans inscrire cette lutte dans la durée. Cela devra sans doute se traduire par une mobilisation multiforme et plus importante des autorités face au danger que représente l’extrémisme violent. Outre la sensibilisation dans laquelle les autorités religieuses devront jouer un rôle primordial, une lutte contre les trafics, alimentant en partie les groupes terroristes, pourrait s’avérer utile.

Il faut rappeler que la menace terroriste n’a pas de tout temps été la priorité des autorités maliennes. D’abord considéré comme un épiphénomène, ensuite comme une menace secondaire face au danger séparatiste, les groupes terroristes constituent désormaisla menace la plus sérieuse à la stabilité du Mali.

L’absence de mesures préventives adéquates tant sur le plan politique que militaire a laissé le champ libre à des groupes autrefois marginaux de s’implanter et de se renforcer au fil du temps. Il faut tirer les leçons des erreurs passées en adoptant une approche proactive privilégiant l’anticipation à la réaction. Une approche volontariste consistant à apporter des réponses immédiates notamment sur le plan sécuritaire et à offrir des perspectives à une jeunesse désœuvrée, y compris à celle qui a pu s’égarer pour des raisons existentielles, est une étape dans la bonne direction.

Ibrahim Maïga, Chercheur Junior, Division Prévention des conflits et analyse des risques, ISS Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>