ISS Today
Home / ISS Today / Missing the boat? The cost of postponing the Lomé maritime summit
Missing the boat? The cost of postponing the Lomé maritime summit
15 December 2015

Pour la version française, cliquez ici

Just two weeks before Africa’s maritime decision makers were due to meet in early November in Lomé, Togo for a summit on security, safety and development, the Togolese government announced that the meeting was cancelled. No new dates were given, and the official explanation was the lack of infrastructure to host proceedings and lodge participants.

This was not just another international conference – the gathering was to have ended with an African Union (AU) extraordinary summit of heads of state. Why was the summit cancelled so abruptly, and what opportunities to improve maritime security have been lost by this decision?

Those close to the summit organisers confirm the reason for the cancellation given by the official communiqué. They refer to the findings of an audit that only 23 of the 160 hotels available to accommodate the expected 5 000 participants meet hotel industry standards. The same sources also mention delays with renovations at the 35-storey hotel planned for the meeting venue.

In the meantime, pirates who threaten maritime security have not postponed their activities
Tweet this

Not everybody shares this view. Some believe that Togo offered to organise the maritime summit to strengthen its chances of hosting the Regional Coordination Centre for Maritime Security in West Africa (CRESMAO). After Côte d’Ivoire was designated as the host for CRESMAO in May, Togolese authorities lost their original motivation.

Other observers attribute the summit postponement to political reasons. As far as they are concerned, donors are wary of supporting the AU while it is chaired by Zimbabwean President Robert Mugabe and requested that the event be postponed until January 2016 when his term of office ends.

According to these sources, a lack of infrastructure has never prevented Togo from hosting major events. For example, the country recently hosted an international fair in collaboration with the West African Economic and Monetary Union that received thousands of visitors each day.

In the meantime, pirates and other bandits who threaten maritime security have not postponed their activities. After some months of respite, the Gulf of Guinea has once again been struck by acts of piracy. The most recent attack was on 26 November off the coast of Nigeria against the Szafir, a Cyprus-flagged vessel belonging to Polish interests. The ship’s captain and four crew members were taken hostage.

It’s not the first time that an important African maritime meeting has been postponed or cancelled
Tweet this

Even the Somali coast, which had become safe thanks to armed guards aboard vessels and naval resources deployed by foreign powers, is once again under threat.

After three years without any attacks by pirates, at least three Iranian fishing vessels were seized and their sailors taken hostage in 2015. On 22 November the Muhammidi, a trawler with 15 sailors aboard was attacked. To free their compatriots, the Iranians opened fire, killing at least 4 pirates.

In addition to piracy, African waters are still the locus for numerous illegal activities such as oil bunkering, illegal migrant trafficking, illegal fishing, trafficking in human beings, drugs, weapons and counterfeit goods. Faced with these threats, the abrupt cancellation of the Lomé conference raises questions about whether political will to ensure maritime security in Africa has waned since the landmark Yaoundé summit in 2013.

This is all the more relevant since it is not the first time that an important African meeting on maritime issues has been postponed, or even cancelled, since the 2013 summit. Last year the ‘uproot piracy’ programme, which was initiated by the 25-nation Maritime Organisation of West and Central Africa, was postponed because of Ebola and later cancelled without any official reason. More recently, a symposium on coastal security and safety that had been on the cards since 2013 and was supposed to take place in November in South Africa was cancelled at the last moment.

Does cancelling the Lomé conference mean political will for maritime security is waning?
Tweet this

The Lomé summit was supposed to provide a progress update on implementing regional measures to combat illicit activities at sea, with a focus on the 2009 Djibouti and 2013 Yaoundé codes of conduct, adopted primarily to tackle piracy along the Somali coast and in the Gulf of Guinea. West and Central African heads of state had agreed that the Yaoundé code of conduct would be binding as of June 2016. Lomé would have been a decisive step before the next meeting on this code.

The summit would also have provided an opportunity for leaders to adopt decisions on issues discussed at the AU ministerial meeting held in Victoria, Seychelles in February 2014. Importantly, an African position on the sensitive matter of migrant flows to Europe that have resulted in hundreds of deaths by drowning in the Mediterranean could have been agreed.

General developmental issues were also on the agenda, in line with the 2050 Integrated African Strategy for Oceans and Seas adopted in January 2014. The Lomé summit was to have helped ‘make maritime space the main lever of African economic and social development’, according to by Robert Dussey, Togo’s Foreign Affairs Minister.

Maritime security and development are key to Africa’s economic growth. But ‘there are no shortcuts in maritime security’, so rather than being a source of politicking and speculation, the summit needs to be prioritised to avoid more missed opportunities. One can only hope that the new date for the meeting – in March 2016 – will hold.

Barthélemy Blédé, Senior Researcher, Conflict Management and Peacebuilding, ISS Dakar

______________________________

Rater le bateau? Le coût du report du sommet maritime de Lomé 

Alors que le monde maritime comptait se retrouver au début du mois de novembre à Lomé au Togo pour un sommet sur la sécurité, la sûreté et le développement, le gouvernement togolais annonce son annulation juste deux semaines avant. De nouvelles dates ne sont pas disponibles, et la raison officielle avancée est le manque d’infrastructures pour abriter  les travaux et accueillir les participants.  

Lomé n’était pas une conférence internationale de plus puisque l’événement devrait se terminer par un sommet extraordinaire des chefs d’Etat de l’Union africaine (UA).

Pourquoi alors cette annulation brusque, et quelles opportunités pourrait-elle faire perdre en termes d’amélioration de la sûreté maritime?

Les personnes proches de l’organisation du sommet confirment la raison évoquée dans le communiqué officiel. Elles s’appuient sur les conclusions d’un audit estimant que sur les 160 hôtels répertoriés comme pouvant loger les 5000 participants attendus, seuls 23 répondent aux normes de l’hôtellerie. Celles-ci mettent aussi en avant le retard accusé dans la rénovation de l’hôtel du « 2 février » - un édifice de 35 étages sensé abriter les travaux du sommet.

Tout le monde ne partage pas cet argument. Certains estiment que le Togo a souhaité organiser le sommet maritime pour accroître ses chances d’abriter le Centre régional de sécurité maritime de l’Afrique de l’Ouest (CRESMAO). Aussi, après la désignation de la Côte d’Ivoire comme pays hôte du CRESMAO les autorités togolaises ont-elles perdu leur motivation initiale.

D’autres observateurs trouvent des raisons politiques au report du sommet. Pour eux, des bailleurs de fonds ne souhaitent pas aider l’UA tant que le président zimbabwéen Robert Mugabe sera à la tête de l’institution, et demandent que l’événement ait lieu après la fin de son mandat prévue pour fin janvier 2016. Cette tendance estime que des problèmes d’infrastructures n’ont jamais empêché le Togo d’abriter de grandes rencontres. Elle cite pour exemple la foire internationale que le pays a récemment organisé en coopération avec l’Union économique et monétaire ouest-africaine, et qui a accueilli des milliers de visiteurs par jour.

Pendant ce temps les pirates et autres malfaiteurs continuent d’opérer dans les eaux africaines. Le golfe de Guinée après une trêve de quelques mois renoue avec les actes de piraterie. L’attaque la plus récente remonte au 26 novembre au large du Nigeria contre le Szafir qui bat pavillon chypriote et appartient à des intérêts polonais. Le commandant du navire et quatre membres d’équipage furent pris en otage.

Même les côtes somaliennes qui semblaient sécurisées grâce aux gardes armés embarqués sur les navires et aux moyens navals déployés par des puissances étrangères, font l’objet de nouvelles attaques. Après environ trois ans sans actes de piraterie il est rapporté que trois navires de pêche iraniens furent piratés et leurs marins pris en otage en 2015. Le dernier de ces incidents est survenu le 22 novembre sur le chalutier Muhammidi ayant à son bord 15 marins. Les Iraniens ont dû utiliser la force en tuant au moins 4 pirates pour libérer leurs compatriotes.

En plus de la piraterie, les eaux du continent demeurent le théâtre de nombreuses activités illicites. On y déplore notamment le vol de pétrole, le trafic de migrants clandestins, la pêche illicite, les trafics de drogue, d’armes, d’êtres humains et de marchandises de contrefaçon.

Devant ces menaces, le report brusque de la conférence de Lomé appelle une interrogation ; celle de savoir si la volonté politique en faveur de la sûreté maritime en Afrique ne s’est pas émoussée depuis le sommet historique de Yaoundé de 2013.

La question est d’autant plus pertinente que plusieurs importantes rencontres africaines sur la sûreté maritime sont reportées voire annulées depuis le sommet de 2013. L’année dernière, par exemple, le lancement d’un programme dénommé « couper la piraterie à la racine » initié par l’Organisation maritime des Etats de l’Afrique de l’ouest et du centre qui regroupe 25 pays fut reporté pour raison d’Ébola, et ensuite annulé cette année sans raison officielle. Plus récemment, un symposium attendu depuis 2013 et qui devait se tenir en novembre au Cap en Afrique du Sud sur la sûreté et la sécurité côtières fut annulé au dernier moment.

La conférence de Lomé était sensée faire le point des progrès réalisés dans la mise en œuvre des mesures régionales de lutte contre les actes illicites en mer. Elle se pencherait notamment sur les codes de conduite de Djibouti de 2009 et de Yaoundé de 2013 qui furent adoptés principalement pour faire face à la piraterie sur les côtes somaliennes et dans le golfe de Guinée. Les chefs d’Etat de l’Afrique de l’ouest et du centre avaient convenu que le code de conduite de Yaoundé deviendrait contraignant à partir de juin 2016, soit trois ans après son entrée en vigueur. Lomé devrait par conséquent être une étape décisive avant la prochaine réunion sur ce code.

Le sommet permettrait aussi aux dirigeants du continent de prendre des décisions sur les questions débattues à la réunion ministérielle de l’Union africaine tenue à Victoria, aux Seychelles en février 2014 sur la sûreté et la sécurité maritimes. Il serait surtout le lieu pour définir une position africaine sur l’épineuse question des flux migratoires vers l’Europe qui occasionnent chaque année des centaines de morts par noyade en mer méditerranée.

L’événement allait également débattre de questions de développement en général, conformément à la stratégie africaine intégrée pour les mers et les océans à l’horizon 2050 adoptée en janvier 2014. Comme le soutient Robert Dussey, ministre togolais des affaires étrangères, la conférence de Lomé allait contribuer à « faire de l’espace maritime le levier principal du développement économique et social de l’Afrique ».

La sûreté et le développement maritimes sont vitaux pour la croissance économique de l’Afrique. Cependant, il faut garder à l’esprit qu’« on ne ruse pas avec la sûreté maritime ». Aussi, au lieu de devenir une source de spéculations politiciennes, le sommet devrait-il constituer une priorité majeure afin d’éviter plus de pertes d’opportunités. Il est seulement à espérer qu’il se tienne effectivement en mars 2016 comme l’annonce la rumeur.

Barthélemy Blédé, chercheur principal, Gestion des conflits et consolidation de la paix, ISS Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>