ISS Today
Home / ISS Today / Mali's terrorists cast their web wider
Mali's terrorists cast their web wider
21 September 2015

Pour la version française, cliquez ici

Recent terrorist attacks in central and southern Mali point to a deteriorating security situation in the country. The most recent attack occurred on 19 September at Bih, a in town Mali’s central region of Mopti. The attack led to four deaths, two civilians and two police officers.

The terrorist threat, previously confined to the north, has spread to the rest of the country. This despite the presence of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilisation Mission in Mali (MINUSMA) and the French military under Operation Barkhane. On 7 August, a hotel siege in Sévaré resulted in 13 deaths, of which four were MINUSMA employees.

The Macina Liberation Front (MLF) later claimed responsibility for the attack. On 10 June, an attack targeted at the National Gendarmerie in Misséni, located 20 kilometres from the Ivorian border, killed one and injured two soldiers. In March, Bamako became the scene of a terrorist attack in the restaurant, La Terrasse.

Recent attacks in central and southern Mali point to a deteriorating security situation
Tweet this

The MLF, to which this new outbreak of violence is largely attributed, first made its appearance in January 2015. The movement recruits mainly among the Peuhl community. It is reportedly comprised of former members of the Movement for Oneness and Jihad in West Africa (MOJWA), one of the largest terrorist groups along with Ansar Dine, the group that occupied northern Mali in 2012. It is suspected that the leader of the MLF is Hamadoun Kouffa, a former preacher from the Mopti region.

Kouffa appeared alongside Iyad Ag Ghaly, the leader of Ansar Dine, when the group captured the city of Konna in January 2013. It is suspected that the two figures have been connected since 2000, when they were both militants of the religious Dawa movement. Kouffa’s involvement with the MLF could therefore be the link between the different terrorist groups in the north, and those operating in the centre of the country.

The increased attacks and the emergence of new fronts to the centre and south of the country can be attributed to several factors. The first possible explanation is strategic. Terrorist groups operating in the north might be using attacks in the centre and south to strategically draw the attention of the Malian army and the international forces away from the north. Terrorist groups might be doing this to reorganise or continue their trafficking activities in the north.

The terrorist threat in Mali was previously confined to the north
Tweet this

Following investigations into the attacks in Misséni and Fakola – two towns in the Sikasso region – a number of former members of the Islamic police of Timbuktu were arrested in Bamako during the jihadist occupation in the north. The group that led the attack claimed to be Ansar Dine in the south; an extension of Ansar Dine in the north. This too confirms that there is an operational link – or at the very least an ideological link – between the groups in the north and those in the centre and south of the country.

Finally, it can be noted that while central Mali has also felt the consequences of the insecurity in the north, it has not received the same attention from the Malian authorities. This has encouraged the creation of several self-defence militias in the centre. The option that they may also be trying to have their fair share of the peace dividend cannot be excluded.

Confronted with this growing terrorism threat, it is becoming increasingly clear that the national authorities and their international partners must adapt their responses. Despite several amendments to its mandate, MINUSMA never prioritised the fight against terrorism. Instead, it delegated this task to the French Operation Barkhane, which replaced Operation Serval in August 2014.

If Serval, with nearly 5 000 men at the height of the crisis, solely focused on Mali, this is no longer the case with Operation Barkhane, whose 3 000 troops are deployed across five Sahel countries (Burkina Faso, Chad, Mali, Mauritania, and Niger). This change, combined with the reduction of Operation Barkhane military force in Mali, has prevented the mission from dealing effectively with the terrorist threat on the entire territory.

The recent attacks should be a wake-up call for Malian authorities
Tweet this

At the national level, despite the ongoing security sector reform and the support of the European Union Training Mission in Mali (EUTM), the Malian Armed Force (FAMA) still faces many challenges. Besides the need to reinforce the capacity of the FAMA, the main challenge is the lack of military equipment. For instance, during the hostage-taking in Sévaré, Malian intervention forces were only able to reach the town thanks to MINUSMA’s airpower. This illustrates the difficulties and challenges facing the Malian military in coping with a threat of this nature.

There have been some improvements that contributed to the Mali military’s recent success in resisting and repelling the jihadists – as was the case in Nara on 27 June. However, there is still a long way to go to effectively secure the entire territory. Confronting the fast-spreading threat requires timely tactical mobility and intelligence.

Collaboration with the local population is also essential. This could facilitate the task of the FAMA, and prevent the abuses often associated with the fight against terrorism. In the region of Mopti, abuses perpetuated by the Malian army have become one of the driving causes behind the rise of the MLF. Engaging with the local population is therefore a crucial preventive measure, especially as the abuses have tarnished the image of the army and other state institutions.

The recent attacks should be a wake-up call for Malian authorities. Furthermore, it is an opportunity for in-depth reflection and analysis of the factors behind the emergence and spread of terrorist attacks in areas that were previously spared. This reflection could result in the adoption of a national anti-terrorism strategy, which must be based on national realities and needs.

Ibrahim Maïga, Junior Researcher, CPRA, Dakar

______________________________

Mali: les terroristes tissent leur toile dans le reste du pays

La situation sécuritaire au Mali se dégrade comme l’illustrent les attaques terroristes de ces dernières semaines dans certaines localités du Centre et du Sud. La dernière, survenue le 19 septembre à Bih dans la région de Mopti, a fait 4 morts dont 2 civils et 2 policiers. En dépit de la présence de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et de l’opération française Barkhane, la menace terroriste, autrefois concentrée au nord, s’est étendue au reste du pays.

Le 7 août dernier, une prise d’otages a eu lieu, à Sévaré, dans la région de Mopti. Cet acte revendiqué par le Front de libération du Macina (FLM) s’est soldé par 13 personnes tuées, dont 4 travailleurs de la MINUSMA. Le 10 juin, une attaque visant un poste de la gendarmerie nationale à Misséni, à une vingtaine de kilomètres de la frontière ivoirienne, avait fait un mort et deux blessés dans les rangs de l’armée malienne. On se rappellera, enfin, qu’en mars dernier, c’est le cœur même de la capitale malienne, Bamako, qui avait été frappé lors d’un attentat au restaurant La terrasse.

La situation sécuritaire au Mali se dégrade comme l’illustrent les attaques terroristes au Centre et au Sud

Cette nouvelle flambée de violence est attribuée en grande partie au FLM. Apparu en janvier 2015, ce mouvement dont l’une des références principales est le Macina, empire théocratique du XIXe siècle, recrute essentiellement au sein de la communauté peulh. Le groupe serait constitué en partie par d’ex-membres du Mouvement pour l’unicité du jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), un des principaux groupes terroristes avec Ansar Eddine qui a occupé le Nord du Mali en 2012, et d’anciens disciples de Hamadoun Kouffa, suspecté d’en être le chef.

Ancien prêcheur dans la région de Mopti, Hamadoun Kouffa s’est fait connaître en apparaissant aux côtés d’Iyad Ag Ghali, le chef d’Ansar Eddine, lors de la prise de la ville de Konna, en janvier 2013. La rencontre entre les deux hommes aurait eu lieu lorsqu’ils militaient au sein du mouvement religieux Dawa dans les années 2000. Kouffa et le FLM, de par leurs connexions, pourraient être le lien entre les différents groupes terroristes du Nord et ceux opérant dans le Centre du pays.

La multiplication de ces attaques et l’ouverture de nouveaux fronts s’expliquent de plusieurs manières qui ne sont d’ailleurs pas exclusives. Tout d’abord, il est possible que ces changements répondent à des considérations stratégiques. Les groupes terroristes opérant dans le Nord cherchent à détourner l’attention de l’armée malienne et des forces internationales de cette région afin de mieux se réorganiser ou poursuivre leurs trafics.

Ensuite, l’enquête concernant les attaques dans les localités de Misséni et Fakola, dans la région de Sikasso, a conduit à l’arrestation, à Bamako, d’individus ayant appartenu à la police islamique de Tombouctou pendant l’occupation djihadiste. Le groupe ayant mené l’offensive s’était d’ailleurs revendiqué comme étant Ansar Eddine Sud. Cela confirme ainsi l’hypothèse de l’existence d’un lien sinon opérationnel du moins idéologique entre les groupes du Nord, du Centre et du Sud du pays.

La menace terroriste, autrefois concentrée au nord, s’est étendue au reste du pays

Enfin, il faut souligner qu’historiquement le Centre du pays a subi les conséquences de l’insécurité du Nord, sans pour autant bénéficier d’une attention particulière des autorités maliennes. Cette situation a favorisé la création de plusieurs mouvements d’auto-défense dans la région. La possibilité que ceux-ci par leurs actions tentent de capter une partie des dividendes de la paix ne doit pas également être écartée.

Face à la menace terroriste, il devient de plus en plus évident que les autorités maliennes et leurs partenaires internationaux doivent adapter leurs réponses. En dépit des renouvellements successifs de son mandat, la MINUSMA n’y a jamais inscrit la lutte contre les groupes terroristes. Elle a préféré déléguer cette mission à l’opération française Barkhane qui a succédé à l’opération Serval en août 2014.

Si cette dernière, avec presque 5 000 hommes au plus fort de la crise, était entièrement focalisée sur le Mali, tel n’est plus le cas avec Barkhane dont les 3 000 éléments sont déployés sur un théâtre d’opération s’étendant sur 5 pays du Sahel (le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad). Cette réorientation du dispositif, combinée à une réduction de ses effectifs, notamment ceux présents au Mali, ne lui permet pas de faire face à la menace sur l’ensemble du territoire national.

Les récentes attaques doivent alerter les autorités maliennes

Sur le plan national, malgré une réforme du secteur de la sécurité en cours et un appui de l’Union européenne à travers sa mission de formation, (European Union Training Mission - EUTM Mali), les Forces armées maliennes (FAMA) restent confrontées à de multiples défis. Outre la nécessité d’une remise à niveau des soldats, le principal d’entre eux est l’insuffisance de l’équipement militaire.

Lors de la prise d’otages à Sévaré, c’est grâce aux moyens aériens de la MINUSMA que les forces d’intervention maliennes ont pu rejoindre cette ville située à environ 600 km de Bamako. Cette situation illustre le fait que le Mali ne semble pas disposer des moyens matériels suffisants pour faire face à une menace de cette nature.

Il y a certes, depuis quelque temps, une certaine amélioration qui a permis aux militaires maliens de résister et de repousser les assauts des jihadistes comme ce fut le cas le 27 juin à Nara, mais ils auront encore des efforts à faire pour sécuriser le territoire. Pour affronter une menace de plus en plus diffuse, ils devront faire preuve d’une plus grande mobilité tactique et privilégier le renseignement notamment humain.

Une plus grande collaboration avec les populations locales s’avère indispensable. Une telle approche pourrait faciliter la tâche des FAMA et éviter les cas d’abus fréquents dans la lutte contre le terrorisme. Cette prévention est d’autant plus importante qu’une des explications avancées sur la montée en puissance du FLM est le ressentiment provoqué par les exactions de l’armée malienne dans la région de Mopti lors de la phase de reconquête du Nord. Celles-ci auraient terni l’image de l’armée et des autres symboles de l’État auprès de certaines populations et ainsi facilité leur ralliement au mouvement.

Les récentes attaques doivent alerter les autorités maliennes sur la nécessité de mener une réflexion et une analyse approfondies sur les facteurs ayant contribué à l’émergence du terrorisme dans des localités jusque-là épargnées par la menace. Leurs conclusions pourraient conduire le gouvernement à élaborer une stratégie nationale de lutte contre le terrorisme basée sur les réalités et les besoins nationaux afin d’endiguer le phénomène.

Ibrahim Maïga, Chercheur Junior, Division Prévention des conflits et analyse des risques, ISS-Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>