ISS Today
Home / ISS Today / Is Burkina Faso out of the woods?
Is Burkina Faso out of the woods?
28 September 2015

Pour la version française, cliquez ici

Burkina Faso is currently emerging from the worst crisis since the popular uprising in October last year, which led to the fall of former president Blaise Compaoré. 

The recent crisis was triggered by the 16 September military coup that was launched by members of the Presidential Security Regiment (RSP) – former presidential guards – who dissolved all the institutions of the transitional government. 

The crisis ended on 23 September when transitional president, Michel Kafando, was reinstated. The first post-coup cabinet meeting was held two days later.

While this marks the end of the military coup attempt, and heralds a gradual return to normal, various issues still have to be addressed. The international community has unanimously and strongly condemned the RSP’s interference in the transition process. To put an end to it, the Economic Community of West African States (ECOWAS) initiated a mediation process, which on 20 September resulted in a draft proposal to end the crisis.

Burkina Faso is emerging from the worst crisis since the popular uprising in October last year
Tweet this

This proposal has, however, been strongly contested by Burkinabe parties. On 22 September, following an extraordinary summit in Abuja, Nigeria, ECOWAS heads of state called on the putschists to disarm and demanded a return to the transition process.

Before this, on 21 September, some units of the national armed forces moved from the countryside to the capital, Ouagadougou, to disarm the RSP. This brought about a significant shift in the balance of power, to the disadvantage of the RSP. It also exacerbated tensions and raised fears of a possible military confrontation. A clash of this kind was, however, prevented after the RSP and the armed forces signed an agreement on the night of 21 September, with support from the Mogho Naba, the traditional authority of the Mossi people.

However, as the country tries to get the electoral process back on track and so end the transitional period, many issues remain unresolved or sensitive. These include the fate of the RSP and the proposal of amnesty for all crimes committed during the days following the putsch. There is also controversy over whether candidates from the former majority should be allowed to participate in the upcoming elections.

The actions of the RSP seem to have sealed its fate. During a ministerial council meeting held on 25 September, the decision was taken to dissolve the RSP. This seems to have definitively settled the debate after months of controversy with no concrete solution or consensus.

The aim of the transitional government is to neutralise the RSP's ability to interfere in the political process. The RSP is, however, likely to resist this decision. A governmental decree alone will not dismantle the institution, which has been a vital influence, and played an important role in the country's history and the various political crises of the past two decades.

As Burkina Faso tries to get the electoral process back on track, many issues remain unresolved
Tweet this

Currently, the members of the RSP are being confined at the Naaba Koom II military camp, located behind the presidential palace in Kosyam. The operation, which is now underway, should be accompanied by an inventory of RSP equipment, which is now being moved to other military sites.

It can also be viewed as a disarmament exercise that has already been resisted by elements within the RSP, who are reportedly requesting guarantees for their safety. This demand is related to the request for amnesty for coup leaders that was mentioned in the ECOWAS draft agreement. This proposal, which many see as a reward for impunity, has outraged a large majority of the Burkinabe population.

Members of RSP are suspected to have violated people and property rights, which, according to a provisional estimate, resulted in 11 deaths and 271 wounded.

During the 25 September Council of Ministers meeting, it was decided that a commission of inquiry would be established to ‘allocate responsibility [and] identify the perpetrators, accomplices, soldiers and civilians involved in the attempted coup.’ This does not reflect the transitional authorities’ willingness to grant amnesty.  The same can be said of the many steps initiated by magistrates’ trade unions and human rights organisations, with a view to collect evidence of the human rights violations committed in the days after the coup. However, these endeavours against the coup perpetrators could further complicate efforts to disarm and dismantle the RSP. It might even push some of its elements, feeling cornered, to commit desperate acts.

To justify the coup, the putschists also referred to the exclusion of some of the former political majority candidates from the forthcoming elections. The reintegration of candidates whose applications for presidential and legislative elections were made invalid by the Constitutional Council was included in the ECOWAS draft agreement.  However, since the coup failed and the transitional authorities are now working to put the electoral process back on track, this demand no longer seems relevant. In fact, the first vice president of the former ruling party, the Congress for Democracy and Progress (CDP), Achille Tapsoba, recently stated that the participation of CDP candidates in the forthcoming elections was no longer an issue.

Both Burkina Faso's transitional authorities and the political process remain fragile
Tweet this

Besides, the majority of political actors and civil society organisations are not willing to go back on decisions that were already taken by the Constitutional Council. Moreover, the ambiguous attitude adopted by the CDP – some of its leaders endorsed and even supported the coup – does not make the case for their inclusion any easier.

Efforts to normalise the political situation continue – and, although they have been restored, both the transitional authorities and the political process remain fragile. Burkina Faso’s political actors must take clear lessons learnt from the recent crisis, and try to find answers to outstanding issues. Only in this way can there be real prospects for a peaceful electoral process. It is therefore important not to give the impression that a payback is taking place, as this would most likely exacerbate frustrations and further undermine the country’s stability.

William Assanvo, Senior Researcher; Ella Abatan, Junior Fellow; and Pascaline Compaoré, Junior Fellow, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar

______________________________

Le Burkina Faso est-il sorti de l’ornière?

Le Burkina Faso émerge de sa crise la plus grave depuis l'insurrection d'octobre 2014 qui avait mené à la chute de Blaise Compaoré. La crise a commencé le 16 septembre, quand des éléments du RSP perpètrent un coup d'État et dissolvent les organes de la transition.

La fin de cette crise a été marquée par le rétablissement le 23 septembre dans ses fonctions du Président de la Transition, Michel Kafando, et par la tenue, deux jours après, du premier Conseil des ministres post-coup d'État. Bien qu'ils consacrent l'échec du coup de force du RSP et un retour progressif à la normale, ces développements ne doivent pas masquer les nombreuses questions qui restent pendantes.

Le Burkina Faso émerge de sa crise la plus grave depuis l'insurrection d'octobre 2014

L'immixtion du RSP dans la marche de la transition avait été unanimement et fermement condamné par la communauté internationale. Afin d'y mettre un terme, la Communauté économique des États de l’Afrique de l'Ouest (CEDEAO) avait entrepris une médiation qui a abouti le 20 septembre à un projet de sortie de crise. Cette proposition fut cependant vivement contesté par les acteurs burkinabè. Le 22 septembre, à l'issue d'un sommet extraordinaire tenu à Abuja (Nigeria), les Chefs d'Etat de la CEDEAO ont appelé les putschistes à déposer les armes et au rétablissement de la transition.

Dans l'intervalle, des unités des forces armées nationales, en provenance de l'intérieur du pays, avaient convergé le 21 septembre vers la capitale Ouagadougou dans le but de désarmer le RSP. Cette implication du reste de l'armée nationale, si elle a contribué à modifier significativement le rapport de force en défaveur du RSP, a également exacerbé les tensions et fait planer le spectre d'une confrontation. L'affrontement sera évité avec la conclusion dans la nuit du 21 au 22 septembre d'un accord entre le RSP et les forces armées sous l'égide du Mogho Naba, autorité traditionnelle des Mossis.

Alors que le pays tente de remettre sur les rails le processus électoral qui doit mettre fin à la transition plusieurs questions restent en suspens ou sensibles. Il s’agit précisément du sort du RSP et de l'idée d’amnistie pour les actes commis au cours des jours qui ont suivi le putsch, ainsi que la question de la participation de certains candidats de l’ex-majorité aux prochaines élections.

Les actes dont s’est récemment rendu coupable le RSP ont scellé son sort. Ainsi, lors du Conseil des ministres du 25 septembre, la décision a été prise de dissoudre le RSP, réglant définitivement une question qui faisait l’objet de débats depuis plusieurs mois, sans qu’aucune solution concrète et faisant l’unanimité ne soit dégagée.

Cette décision vise à réduire à néant sa capacité à interférer de nouveau dans la marche du pays. Toutefois, la mise en œuvre de cette décision risque de se heurter à une résistance certaine du RSP. Il pourrait ainsi s’avérer difficile de faire disparaître par un seul décret l’influence d’un corps qui aura été étroitement lié à l’histoire du pays et aux soubresauts politiques qui l’ont caractérisé au cours des vingt dernières années.

Ces développements ne doivent pas masquer les nombreuses questions qui restent pendantes au Burkina Faso

Il est pour l’heure question d’encaserner les éléments du RSP à l’intérieur du camp Naaba Koom II, situé derrière le Palais présidentiel de Kosyam. Cette opération, qui a connu un début de mise en œuvre, devrait s’accompagner de l’inventaire de son armement dont une partie a commencé à être déplacée vers d’autres sites de l’armée. Or, cette opération, qui pourrait s’apparenter à un désarmement, se heurte déjà à la résistance des éléments du RSP, en l’absence de garantie pour leur sécurité.

Cette quête de garantie réjoint également la question de l’amnistie des putschistes qui avait été évoquée dans le projet d’accord proposé par la CEDEAO. Cette proposition, s’assimilant à une prime à l’impunité, a indigné une large partie de l’opinion burkinabè et est depuis lors combattue.Elle est d’autant plus mal accueillie que des éléments du RSP sont suspectés de s’être rendus coupables d’actes de violence contre les personnes et les biens ayant occasionné, selon un bilan provisoire, onze (11) morts et deux cent soixante onze (271) blessés.

En ce sens, la décision prise lors du Conseil des ministres du 25 septembre de créer une Commission d’enquête chargée de « situer les responsabilités, identifier les auteurs, complices, militaires et civils impliqués dans la tentative de coup d’État (…) » ne traduit pas une prédisposition des autorités de la transition en faveur d’une quelconque amnistie.

Il en est de même des nombreuses démarches initiées par des syndicats de magistrats et des organisations de défense des droits humains afin de recueillir toutes les preuves des exactions commises dans les jours qui ont suivi le putsch. Ces actions à l’encontre des putschistes pourraient compliquer davantage les efforts visant à désarmer et à démanteler le RSP et pousser certains de ses éléments, se sentant acculés, à des actes désespérés.

Pour justifier leur coup de force, les putschistes avaient également évoqué l’exclusion dont l’ancienne majorité estime avoir été victime dans le cadre du processus électoral. La réintégration des personnalités dont les candidatures aux élections présidentielles et législatives avaient été invalidées par le Conseil constitutionnel figurait dans les propositions de sortie de crise de la CEDEAO.

Toutefois, bien que rétablis, les autorités de la transition, tout comme ce processus politique, demeurent fragiles

Alors que le coup d’État a échoué et que les autorités de la transition s’attèlent à relancer le processus électoral, cette demande ne semble plus d’actualité. Le premier vice-président de l’ancien parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Achille Tapsoba, a d’ailleurs récemment déclaré que la question de la participation des candidats du parti aux élections n’était plus à l’ordre du jour.

Cela étant, une majorité d’acteurs politiques et d’organisations de la société civile n’est pas disposée à revenir sur les décisions déjà prises par le Conseil constitutionnel. De plus, l’attitude ambiguë qu’a adoptée le CDP - certains de ses responsables ont cautionné et même soutenu le coup d’État  – au cours des derniers événements ne militera pas dans ce sens.

La normalisation de la situation politique est en cours. Toutefois, bien que rétablis, les autorités de la transition, tout comme ce processus politique, demeurent fragiles. Les acteurs burkinabè devront tirer avec lucidité tous les enseignements de la récente crise et s’atteler à trouver des réponses aux questions en suspens en trouvant un équilibre entre impératifs de justice et nécessité de bâtir un consensus le plus large possible. Il paraît de ce fait important de ne pas donner l’impression qu’un règlement de compte est en œuvre au risque d’accentuer des frustrations qui fragiliseront davantage le pays.

William Assanvo, Chercheur principal; Ella Abatan, Chercheure boursière; et Pascaline Compaoré, Chercheure boursière, Division Prévention des conflits et analyse des risques, ISS Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>