ISS Today
Home / ISS Today / Hope for an end to military meddling in Burkina Faso?
Hope for an end to military meddling in Burkina Faso?
15 January 2016

Pour la version française, cliquez ici

Following a troubled, 13-month transition period that culminated in a peaceful election on 29 November last year, Burkina Faso swore in Roch Marc Christian Kaboré as its new president on 29 December 2015. 

As the new cabinet takes shape, the role of the military in the country’s political and institutional landscape will be one of many challenges for the new authorities.

The military has been at the forefront of the Burkinabe political scene since 1966, when General Sangoulé Aboubacar Lamizana overthrew Maurice Yaméogo ­– the country’s first president after independence. The 1966 coup d’état marked the beginning of military interference in the country’s institutional sphere. Similar government takeovers took place in November 1980, November 1982, August 1983 and October 1987, when Captain Blaise Compaoré rose to power.

Compaoré put in place a military regime, which, after 27 years, transitioned to civilian rule. His government was ousted in October 2014 through a popular insurrection, in which the army also played an important role.

The role of the army in Burkinabe politics remains a major challenge for the new government
Tweet this

Compaoré’s regime depended heavily on the elite security service known as the Regiment of Presidential Security (Régiment de sécurité présidentielle, RSP). Despite the former president’s ousting, the RSP continued to interfere in the political transition process. Some of its members, under the leadership of General Gilbert Diendéré, were responsible for the 17 September 2015 coup attempt, which resulted in the disintegration of the corps.

The coup d’état pointed to a lack of concrete progress in neutralising the RSP. During the first post-putsch cabinet meeting, it had been decided that the RSP should be disarmed and reintegrated into other army postings. That some of these soldiers could continue to threaten the country’s security and stability remains a cause for concern. The dismantling of the RSP created an important security gap, which must be addressed with urgency given volatility in the region and the backdrop of instability in the country.

Other than its efforts to break up the RSP, the transition government had taken other measures aimed at reducing military interference in the country’s politics and institutions. A new law, adopted on 5 June 2015 by the Council for National Transition, deals directly with the status of personnel in the national armed forces. Article 12 of this law stipulates that the military is to be separated from political affairs; specifically stating that military personnel who wish to engage in politics must first resign from the army. In addition, military personnel are prohibited from joining political groupings.

In 55 years of independence, Burkina Faso experienced 49 years of military rule
Tweet this

According to the law of 5 June, military staff members who renounce a military post to pursue a political position are not allowed to re-join their original corps, regardless of the outcome of their political aspirations.

This is a notable change from the previous law, which gave military personnel the option to run for office after taking a leave of absence. This meant that previously, personnel could put their military career on hold and be reinstated into the armed forces if they lost an election or ceased their political activities.

The new law certainly put an end to debate regarding the candidacy of certain military personnel in the upcoming elections. The requirement to resign from the military could also discourage future opportunistic candidacies within the army.

Through the ban on joining politically affiliated groups or associations, the law aims to insulate the army from political influences. Implementing this law should ensure that the army and military personnel are devoted to their mission of defending and protecting the national territory, the population and the institutions of the Republic, thus reinforcing their neutrality. This is a step in the right direction, but it is important to be realistic about the effectiveness of the new law and the difficulties of its implementation.

In a country that experienced 49 years of military rule during 55 years of independence, some members of the military might be tempted to continue with their old behaviour and resist the new requirements. It is also important to note that military personnel could find other channels to influence politics.

Reforming the Burkinabe armed forces will be a long-term process
Tweet this

The links that exist between political and military actors remain a reality of Burkinabe politics – and these allow for the collusion of interests and the exploitation of certain elements within the army for political gain.

These links are based on the very nature of the old regime, with the RSP having existed as its ‘armed wing’. Nevertheless, changes in the political system over the past 13 months seem to have reduced this possibility.

Beyond a radical separation between politics and the army, which could be superficial, the armed forces should focus on professional improvement and a sense of national pride. The commission on army reform, put in place on 8 December, is currently working towards this objective.

The commission has six months to report on the role of the national armed forces in anchoring the country’s democracy. These proposals should allow for a definitive separation of the army from politics. Its conclusions should also facilitate the development of a 2017-2021 strategic plan on the reform of the national armed forces.

Reforming the armed forces will be a long-term process, and the new authorities should address this complex task in a comprehensive way. They must thus work to strengthen the political neutrality of the armed forces, enhance cohesion amongst its ranks, and improve discipline and operational capacities, such as training and equipment. Only in this way can Burkina Faso hope to break away from a past marked by successive coups d’état and to truly embody the slogan that ‘nothing will be like before’.

Pascaline Compaoré, Junior Fellow, Conflict Prevention and Risks Analysis Division, ISS Dakar

______________________________

Le Burkina Faso a-t-il tourné la page des immixtions militaires dans la politique?

Après une transition mouvementée de 13 mois et des élections pacifiques organisées le 29 novembre 2015, le nouveau président civil du Burkina Faso, Roch March Christian Kaboré, a été investi le 29 décembre 2015. Alors que le gouvernement a été constitué le 13 janvier, l’un des nombreux défis auxquels les nouvelles autorités seront confrontées concerne l’armée et sa place dans la vie politique et institutionnelle du pays.

Cette question est d’autant plus importante que les militaires ont jusqu’à très récemment, ce depuis janvier 1966, été au devant de la scène politique Burkinabè. C’est en effet à cette date que Maurice Yaméogo, le premier président civil élu après l’indépendance du pays le 5 août 1960, fut renversé par le général Sangoulé Aboubacar Lamizana. Ce coup d’État fut le début de la série d’immixtion des militaires dans la vie institutionnelle du pays : novembre 1980, novembre 1982, août 1983 et octobre 1987 avec l’arrivée au pouvoir du capitaine Blaise Compaoré. Ce dernier instaura un régime militaire qui au fil de 27 ans au pouvoir parvint à se « civiliser », avant d’être à son tour éjecté en octobre 2014 par une insurrection populaire dans laquelle l’armée a joué un rôle de premier plan.

Le rôle et la place de l’armée demeure un des défis pour les nouvelles autorités

Malgré le départ de Blaise Compaoré, le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), sur lequel le pouvoir de l’ancien régime s’était largement appuyé, a brillé par ses multiples interférences dans la marche de la transition politique. Certains de ses éléments, sous la férule du Général Gilbert Diendéré, se sont ainsi rendus coupables d’une tentative de coup d’État le 17 septembre 2015, précipitant la dissolution de ce corps dans la foulée de son échec.

Ce coup d’État n’était qu’une des conséquences du peu d’avancées concrètes dans les efforts visant à neutraliser le RSP. Si la dissolution de ce vestige de l’ancien régime décidée le 25 septembre lors du premier conseil des ministres post-putsch, le désarmement de ses éléments et leur réaffectation à d’autres postes au sein de l’armée, ont pu être considérés comme une nécessité, des inquiétudes persistent quant à la menace que pourrait encore représenter certains de ses éléments pour la sécurité et la stabilité du Burkina. Enfin, le démantèlement du RSP a sans doute créé un vide capacitaire qu’il serait nécessaire de combler compte tenu de l’environnement régional volatil et instable dans lequel évolue le Burkina.

Outre cet acte plus que symbolique, des mesures visant à réduire l’ingérence des militaires dans la vie politique et institutionnelle avaient déjà été prises par la transition. C’est notamment le cas de la loi n°19-2015/CNT relative au statut des personnels des forces armées nationales adoptée le 5 juin 2015 par le Conseil national de transition (CNT). En son article 12, cette loi consacre la mise à l’écart des militaires des affaires politiques. Il est précisément exigé des militaires qui veulent s’engager en politique qu’ils démissionnent au préalable de l’armée. De plus, il est interdit à tout militaire d’adhérer à des groupements politiques.

En 55 ans d’indépendance le Burkina a connu 49 ans de régime d’exception

Avec la loi du 5 juin, le militaire qui renonce à son statut pour briguer un poste politique ne peut plus, quelque soit l’issue du vote, réintégrer son corps d’origine. Ceci est un changement notable par rapport à l’ancienne loi qui offrait au militaire la possibilité de se porter candidat à une élection après une simple mise à disponibilité.

Le militaire pouvait ainsi suspendre sa carrière militaire et réintégrer les forces armées en cas d’échec ou à la fin de ses activités politiques. Les nouvelles dispositions mettent ainsi fin au débat autour des candidatures de certains militaires aux échéances électorales prochaines. Par ailleurs, l’exigence de la démission peut également décourager les candidatures opportunistes au sein de l’armée.

À travers l’interdiction d’adhérer à des groupements ou associations à caractère politique, l’objectif de la loi est de préserver l’armée de toute influence politique. La mise en œuvre de cette disposition devrait cantonner l’armée et les militaires à leurs missions de défense et de protection du territoire national, de la population et des institutions de la République, renforçant ainsi sa neutralité.

Si cette évolution est à saluer, il paraît tout de même nécessaire d’en relativiser la portée et de ne pas en sous-estimer les difficultés. De fait, dans un pays qui a connu en 55 ans d’indépendance 49 ans de régimes militaires, certains militaires pourraient bien ne pas accepter de renoncer aussi facilement à de vieux réflexes en restant cantonnés dans leurs casernes. De plus, il est important de préciser que l’influence des militaires sur la vie politique emprunte des canaux autres que celui du militantisme politique.

La réforme des forces armées sera une entreprise de longue haleine

Les liens entre acteurs politiques et militaires - lesquels demeurent une réalité de la vie politique burkinabè – rendent possibles la collusion d’intérêts et l’instrumentalisation de franges de l’armée pour des desseins politiques. Ces liens étroits tenaient à la nature même de l’ancien régime et à l’existence de son « bras armé », le RSP. De ce point de vue, la mue qu’a opérée le système politique burkinabè au cours des treize derniers mois devrait réduire cette possibilité.

En outre, plus qu’une séparation radicale entre politique et armée, ce qui peut paraître illusoire, c’est le renforcement du professionnalisme et de l’esprit républicain au sein des forces armées qu’il serait question de poursuivre. C’est ce à quoi s’attèle la commission sur la réforme des armées mise en place le 08 décembre 2015. Cette dernière dispose d’un délai de six mois pour rendre ses conclusions sur la place et le rôle des forces armées nationales dans l’ancrage de la démocratie. La commission devrait faire des propositions allant dans le sens d’une mise à l’écart définitive de l’armée de la politique. Ses conclusions devraient également aider à l’élaboration du plan stratégique 2017-2021 sur la réforme des forces armées nationales du Burkina Faso.

La réforme des forces armées sera une entreprise de longue haleine qu’il incombe aux nouvelles autorités de poursuivre dans tous ses aspects. Elles devraient ainsi œuvrer au renforcement de la neutralité politique des forces armées, de la cohésion en leur sein, de la discipline et bien entendu de ses capacités opérationnelles (formation et équipement). C’est à ce prix que le Burkina pourra espérer tourner le dos aux coups d’État et donner vie au slogan « plus rien ne sera comme avant ».

Pascaline Compaoré, chercheur boursier, Analyse des risques et préventions des conflits, Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>