ISS Today
Home / ISS Today / Gulf of Guinea: who will win the oil battle?
Gulf of Guinea: who will win the oil battle?
24 April 2015

Pour la version française, cliquez ici

Côte d’Ivoire and Ghana are eagerly awaiting the a verdict from the Hamburg-based International Tribunal for the Law of the Sea, set to be delivered tomorrow, 25 April. The two countries are caught in a dispute over their maritime boundary. The real issue, however, is the control of a major oil field.

The court will issue a ruling on the Ivorian request filed on 27 February this year, which urged for all Ghanaian activities to be suspended within the disputed area. The final verdict is expected after 2016, with court investigations taking time.

According to experts, the maritime area in question contains a reserve of 2 billion barrels of crude oil and 1.2 billion cubic feet of natural gas. Côte d’Ivoire currently produces between 37 000 and 40 000 barrels of crude oil per day, while Ghana’s daily production is between 110 000 and 115 000 barrels. For both countries, taking advantage of these resources would significantly boost their oil production.

The border between Côte d’Ivoire, a former French colony, and Ghana, colonised by Great Britain, was never formally delineated. Until now, this has not caused major problems. Indeed, the neighbours share a similar history and have communities that belong to the same ethnic group, the Akan. These communities have the same customs and speak similar languages, which may have contributed to their peaceful relationship until the recent dispute.

The parties maintained that they’d find a solution without resorting to an international court

The disagreement began in 2007, when Ghana discovered the so-called Jubilee oil field located on the shared border. To avert any trouble, the Ivorian and Ghanaian authorities created a joint commission in 2008. However, this did not stop Ghana from continuing its offshore exploration and allowing Tullow Oil, a British company, to develop Jubilee in 2010. In 2013, Côte d’Ivoire responded by awarding French oil company, Total, a licence to operate in an oil field in the same zone.

Despite this somewhat hidden legal battle, both parties maintained that they would find a solution without resorting to an international court. They kept up this façade until 19 September last year, when Ghana decided to seek arbitration through the International Tribunal for the Law of the Sea. It was after this development, which made it clear that negotiations had failed, that Ivorian authorities asked for Ghana’s activities on the disputed site to be suspended.

Both sides both have a strong case. Ghana says Côte d’Ivoire has not challenged the border in over 40 years, based on the fact that in 1970, the Ivorians signed an agreement with an international consortium establishing its eastern limit to this line. Accra further claims that a 14 October 1970 decree, signed by the first Ivorian president, Félix Houphouët-Boigny, provides further confirmation of the border. Finally, Ghana claims that Côte d’Ivoire recognises this demarcation in its 2011 to 2030 general strategic development plan.

The disputed space could have been transformed into an area of common interest

Ghana’s Attorney General and Minister of Justice, Marietta Brew Appiah-Oppong said that ‘the two countries share a maritime border that was mutually recognised for decades, although it has not been set officially. ’She added that this boundary, tacitly acknowledged by both parties, always served as a landmark for maritime activities to oil companies.

Conversely, Ivorian barrister Adama Kamara says, Côte d’Ivoire has never recognised either tacitly or explicitly the existence of any maritime border with Ghana.’ He recalls that this issue was raised for the first time in 1988, within the framework of a joint border commission set up between the two countries, but was never resolved. French professor Alain Pellet supports this statement, adding that the Ivorian Act No. 77-926 stipulates that the delimitation of the sea with neighbouring countries, is done by agreement in accordance with equitable principles.’ Pellet believes Côte d’Ivoire has always considered these boundaries to be undefined, and that even Ghana would have shared this position in 1992.

These opposing viewpoints show just how committed each country is to claiming this oil zone. It brings to mind the Nigerian-Cameroonian border dispute over the Bakassi Peninsula. In this decades-long case, the main issue was the control of fishery resources, with oil resources as a secondary priority. The Hague International Court of Justice ruled in favour of Cameroon in 2002, and control over the peninsula was officially handed over on 14 August 2008. Cameroon took formal possession of the peninsula five years later. The case shows that the judgment process in international courts can be very long. This should have encouraged Ghana and Côte d’Ivoire to settle their dispute outside court, without infringing on the 1982 United Nations Convention on the Law of the Sea.

Ivorian and Ghanaian authorities could still return to the negotiating table

The disputed maritime space could have been transformed into an area of common interest if the countries had signed a petroleum product-sharing contract with an agreed allocation, as Nigeria and São Tomé and Príncipe had done in 2001. The former received 60% of the production and the latter 40%. They could also have created a joint operating company like Libyan-Tunisian Joint Oil, which was founded in 1988 by Tunisia and Libya to resolve their maritime border dispute, and whose profits are divided equally between the two countries.

They could additionally have followed Senegal and Guinea-Bissau’s example. The two countries created a mining (which included oil extraction) and fisheries management and cooperation agency in October 1993, allocating 80% of maritime resources to Senegal and 20% to Guinea-Bissau.

It is unfortunate that these two member countries of the Economic Community of West African States (ECOWAS) have instead chosen to confront each other in an international court. But the process is not irreversible, as Ivorian and Ghanaian authorities could still withdraw their requests and return to the negotiating table. If not, they are heading towards a sentence that could damage their peaceful history.

It is hoped that this dispute, whatever the outcome, would not negatively impact on the fight against maritime insecurity in the Gulf of Guinea. The maritime actors in both countries should remain focused on the regional maritime activities recommended by the ECOWAS Commission. This is as important, as pirates and other maritime offenders could take advantage of a loosening of the security system.

Barthélemy Blédé, Senior Researcher, and André Diouf, Intern, Conflict Management and Peacebuilding Division, ISS Dakar

______________________________

Golfe de Guinée: Qui gagnera la bataille du pétrole?

La Côte d’Ivoire et le Ghana attendent impatiemment le premier verdict du Tribunal international du droit de la mer de Hambourg qui sera rendu demain 25 avril, dans l’affaire de la délimitation de leur frontière maritime, dont le vrai enjeu est le contrôle d’un important gisement de pétrole.

Le tribunal se prononcera sur une demande introduite par la Côte d’Ivoire le 27 février dernier demandant l’arrêt des activités de la partie ghanéenne qui exploite déjà la zone conflictuelle. Le résultat du jugement sur le fond ne sera connu qu’après 2016 ; les enquêtes pouvant prendre du temps.

Selon les experts, l’espace maritime concerné contient une réserve de 2 milliards de barils de pétrole brut et 1,2 milliards de pieds cube de gaz naturel. Chaque pays lutte alors pour accroître sa production pétrolière. La Côte d’Ivoire produit actuellement entre37 000 et 40 000 barils de pétrole brut par jour au moment où la production journalière du Ghana se situe entre 110 000 et 115 000 barils.

La frontière entre la Côte d’Ivoire, ancienne colonie française, et le Ghana, colonisé par la Grande Bretagne, n’a jamais fait l’objet d’une délimitation formelle, et cela n’avait jamais suscité de problème majeur. Les deux voisins partagent la même histoire. Ils ont des communautés qui appartiennent au même au groupe ethnique Akan, qui ont les mêmes coutumes, et qui parlent des langues locales similaires ; ce qui a certainement contribué à leur bonne cohabitation jusqu'à ce dernier différend.

Les deux parties soutenaient qu’une issue heureuse allait être trouvée à leur désaccord sans recourir à une juridiction internationale

La mésentente remonte à 2007, quand le Ghana a découvert au niveau de la zone frontalière un champ pétrolier, baptisé Jubilee. Pour prévenir tout problème éventuel, les deux pays mettront en place en 2008 une commission mixte, dont l’existence n’empêchera pas le Ghana de poursuivre ses activités d’exploration et d’accorder en 2010 à la société britannique Tullow Oil, l’exploitation du champ Jubilee. En 2013, la Côte d’Ivoire répondra à ce qu’elle considère comme « la provocation ghanéenne » à travers la découverte d’un champ pétrolier dans la même zone par la société française Total bénéficiant d’un permis ivoirien.

Malgré cette bataille juridique à-peine voilée, les deux parties soutenaient qu’une issue heureuse allait être trouvée à leur désaccord sans recourir à une juridiction internationale. Elles ont entretenu cette entente de façade jusqu'à ce jour du 19 septembre de l’année dernière où le Ghana a décidé de solliciter l’arbitrage du Tribunal international du droit de la mer.

C’est devant ce constat d’échec des négociations entre les deux pays « frères » qu’est intervenue la requête ivoirienne de mesures conservatoires visant la suspension de toutes activités ghanéennes sur le site.

Les deux parties ne manquent pas d’arguments. Le Ghana estime qu’il reconnaît une limite maritime qui n’aurait jamais été contestée par la Côte d’Ivoire depuis plus de 40 ans. Il fonde sa conviction sur le fait qu’en octobre 1970, la Côte d’Ivoire a signé une convention de concession avec un consortium international, dans laquelle elle a établi sa frontière orientale à cette limite. Le Ghana affirme en outre qu’un décret du 14 octobre 1970 de Félix Houphouët-Boigny confirme cette limite, qui, selon Accra, fut aussi reconnue par les nouvelles autorités ivoiriennes en 2012 dans leur plan de développement stratégique 2011-2030.

Ils avaient la possibilité de transformer la zone conflictuelle en une zone d’intérêt commun

Marietta Brew Appiah-Oppong, procureure générale et ministre de la justice du Ghana, appuie la thèse de son pays en soutenant que « les deux pays partagent une frontière maritime qui a été mutuellement reconnue pendant des décennies, bien qu’elle n’ait été officiellement fixée ». La ministre ghanéenne estime que cette frontière tacitement reconnue par les deux parties aurait toujours servi de repère aux activités maritimes des compagnies pétrolières.

La partie ivoirienne soutient totalement le contraire à travers son avocat Adama Kamara qui clame que « la Côte d’Ivoire n’a jamais reconnu ni tacitement, ni explicitement l’existence d’une quelconque frontière maritime avec le Ghana ». Il rappelle que cette question a été évoquée pour la première fois en 1988, dans le cadre d’une commission mixte entre les deux états mais n’a jamais été réglée. Le professeur français Alain Pellet appuie ces propos en rappelant que la loi n°77-926 du 17 novembre 1977 portant délimitation des zones maritimes placées sous la juridiction de la république de Côte d’Ivoire, dispose que « la délimitation de la mer avec les pays limitrophes, se fait par voie d’accord conformément à des principes équitables ». Le professeur Pellet soutient également que la Côte d’Ivoire a toujours considéré ses frontières maritimes comme n’étant pas délimitées, et que même le Ghana aurait partagé cette position en 1992.

Ces deux positions extrêmes montrent à quel point chaque pays tient à la zone pétrolifère discutée, et rappelle le conflit frontalier entre le Nigeria et le Cameroun relatif à la presqu’île de Bakassi. Dans cette affaire qui a duré des décennies, le principal enjeu était le contrôle des richesses halieutiques, les ressources pétrolières venant au second plan. La Cour internationale de justice de la Haye s’était prononcée en faveur du Cameroun en 2002 et la péninsule avait été cédée le 14 août 2008 au Cameroun qui en a pris officiellement possession cinq ans après.Cela montre que la procédure d’un jugement au niveau des tribunaux internationaux peut être très longue ; ce qui aurait dû motiver le Ghana et la Côte d’Ivoire à régler leur litige à l’amiable, tout en respectant les dispositions de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982.

Les autorités ivoiriennes et ghanéennes ont encore la latitude de retirer leurs requêtes

Ils avaient la possibilité de transformer la zone conflictuelle en une zone d’intérêt commun, en signant un contrat de partage de produit pétrolier selon une clé de répartition convenue, comme ce fut le cas entre le Nigéria et São Tomé et Príncipe en 2001 où le premier avait obtenu 60% de la production et le second 40%. Ils pouvaient aussi créer une société d’exploitation commune à l’instar de la société tuniso-libyenne Joint Oil, créée en 1988 par la Tunisie et la Lybie pour régler leur différend frontalier, et dont les bénéfices sont repartis de façon égale entre les deux pays.

Il s’offrait également à eux l’exemple du Sénégal et de la Guinée Bissau qui ont créé, par un accord du 14 octobre 1993, une agence de gestion et de coopération dans les domaines minier (y compris le domaine pétrolier) et de la pêche, qui octroie au Sénégal 80% des ressources maritimes et à la Guinée Bissau 20%.

Malgré la connaissance de tous ces cas de figure, il est dommage que ces deux pays membres de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) aient opté pour la confrontation devant une juridiction internationale. Mais la procédure n’étant pas irréversible, les autorités ivoiriennes et ghanéennes ont encore la latitude de retirer leurs requêtes et de revenir sur la table de négociation. Faute de quoi, nous nous acheminons vers une sentence qui pourrait entacher les relations historiques entre les deux voisins.

Il est néanmoins espéré que ce différend, quelle que soit son dénouement, n’ait pas d’impact négatif sur la lutte contre l'insécurité maritime dans le golfe de Guinée. Les acteurs maritimes des deux pays devraient rester dans la dynamique de coordination des activités maritimes régionales recommandée par la Commission de la CEDEAO. Cela est d’autant plus important que les pirates et autres délinquants des océans pourraient profiter de tout relâchement du système sécuritaire pour prospérer.

Barthélemy Blédé, chercheur principal, et André Diouf, stagiaire, division Gestion des conflits et consolidation de la paix, ISS - Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>