ISS Today
Home / ISS Today / Côte d'Ivoire presidential election: what's at stake for stability?
Côte d'Ivoire presidential election: what's at stake for stability?
23 October 2015

Pour la version française, cliquez ici

On Sunday, 25 October, Ivorians will go to the polls to elect their president. In 2010, the elections had plunged Côte d’Ivoire into an armed conflict resulting in 3 000 deaths.

It is unlikely that this year’s poll will trigger such large-scale violence, but that won’t be enough to turn the process into a democratic success, or to guarantee future stability.

As highlighted in the latest ISS West Africa Report, three main dynamics characterise the Ivorian political scene in the run-up to the election.

First the ruling coalition, the Rally of Houphouetists for Democracy and Peace (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, or RHDP), which supports outgoing President Alassane Ouattara, is in a strong position and aims at a first-round victory.

Second, the Ivorian Popular Front (Front populaire ivoirien, or FPI), is deeply divided between two factions with diametrically opposed views about the political strategy that ought to be adopted. This is the party of former President Laurent Gbagbo – who is currently awaiting the opening of his trial at the International Criminal Court (ICC) next month on 10 November.

The RHDP is in a strong position and aims at a first-round victory in Côte d’Ivoire
Tweet this

Finally, the opposition lacks cohesion. It is composed of independant candidates and two main coalitions, namely the Alliance of Democratic Forces (Alliance des forces démocratiques, or AFD) and the National Coalition for Change (Coalition nationale pour le changement, or CNC). While the AFD is participating in the electoral process, the CNC and one independant candidate are contesting the conditions under which the election is being organised, and are calling into question the legitimacy of the process.

In fact, two contestants have withdrawn from the race. Amara Essy, the former secretary general of the Organisation for African Unity, and Mamadou Koulibaly, former president of the national assembly and candidate of the party Freedom and Democracy for the Republic (Liberté et démocratie pour la République, or LIDER), signalled their respective withdrawal on 6 and 9 October. They claim that conditions for a fair, free and transparent election are not being met. A dissenting branch of the FPI, led by Aboudramane Sangaré, has also been calling for a boycott since 10 August.

Some opposition players have been particularly critical of the Independent Electoral Commission (Commission électorale indépendante, or CEI), which it describes as unbalanced and unrepresentative. They argue that nine of the 17 members of the commission are in favour of the ruling coalition. The lack of consensus regarding the commission makes it more likely that the results will be contested.

Unequal access to state media is another issue that some within the opposition have voiced. The High Authority for Audiovisual Communication (HACA) announced in its latest report that the ruling coalition was allocated 71.31% of all the broadcast time given to political parties, against 28.69% for the opposition parties. They say this is yet another example of an unfair electoral environment.

A portion of the opposition has also criticised the CEI’s decision to extend the distribution of voter cards by four days, following a request from the ruling coalition. This decision contravenes the provisions of the Electoral Code, and the opposition has linked it to the intention of the RHDP to inflate voters’ turnout.

The conditions and organisation of the elections are unlikely to be overhauled 48 hours before the poll. That certain coalitions and candidates are challenging aspects of the election means there is a greater risk for localised instabilities to occur. It also points to the likelihood of the results being contested and the legitimacy of the elected government being questioned, should the RHDP candidate be re-elected.

The large number of opponents participating in the first round on Sunday should split the opposition’s electorate in a way that favours the incumbent president. Alassane Ouattara therefore appears to be the favourite and the stakes don’t seem to be high in this election.

While all the attention is turned to the 25 October ballot, these immediate electoral concerns must, however, be seen in the context of medium- and long-term stability issues.

The next five years will be crucial for consolidating peace in Côte d'Ivoire
Tweet this

Matters such as economic development; justice; disarmament, demobilisation and reintegration and social cohesion are currently receiving a lot of attention, even if progress has been uneven. Other long-standing, unresolved issues that must also be examined carefully include questions of nationality and rural land tenure. These were identified as some of the root causes of Ivorian conflict long before the post-electoral crisis.

Effective responses must be found to address these underlying issues. If not, the dynamics whereby the political and security situation should be normalised will likely deteriorate.

The 2015 presidential election is yet to take place but many are already focusing on the 2020 election, where the stakes will be higher. The coming five years will be crucial for consolidating peace in Côte d'Ivoire. This period holds many risks and uncertainties.

The first is the future of the RHDP. Tensions have already arisen within and between the coalition member parties. These are likely to intensify in the run-up to the legislative and local elections and could result in serious power struggles ahead of the 2020 presidential election.

The second factor, which will have a significant impact on the course of the next five years, is the outcome of Laurent Gbagbo’s ICC trial. Whether it results in a conviction or acquittal, the verdict will influence the balance of power within the FPI and affect its political support in the opposition.

Finally, if legitimate demands of the opposition continue to be ignored by the government elect, this could further polarise some actors and groupings. The latter may be tempted to resort to violence and present it as the only alternative.

In the aftermath of this year’s elections, lasting peace must remain the priority of the next government and of the entire Ivorian political class, which it seems, have not learnt all the lessons of long years of political crisis.

Lori-Anne Théroux-Bénoni, Office head and Senior Researcher, Ella Abatan, Junior Fellow and Armande Jeanine Kobi, Junior Fellow, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar

______________________________

Élection présidentielle: quels enjeux pour la stabilité en Côte d’Ivoire?

Ce dimanche 25 octobre, les Ivoiriens se rendront aux urnes pour élire leur président. Le scrutin de 2010 avait plongé la Côte d’Ivoire dans un conflit armé entrainant la mort de plus de 3 000 personnes. Il est peu probable que celui de 2015 déclenche des violences à grande échelle. Cela ne suffira toutefois pas à en faire un succès démocratique et un gage de stabilité pour l’avenir.

Tel qu’indiqué dans le dernier Rapport sur l’Afrique de l’Ouest de l’ISS, trois éléments caractérisent la scène politique ivoirienne à l’approche de la présidentielle. Tout d’abord la coalition au pouvoir, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), dont le président sortant Alassane Ouattara portera les couleurs, se trouve en position de force et vise une victoire au premier tour.

Le RHDP se trouve dans une position de force et vise une victoire au premier tour

Ensuite, en l’absence de l’ancien président Laurent Gbagbo – qui attend l’ouverture, le 10 novembre prochain, de son procès à la Cour pénale internationale (CPI) –, son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), est profondément divisé entre deux camps aux visions diamétralement opposées quant à la stratégie politique à adopter.

Enfin, l’opposition, composée de candidats indépendants et de deux principales coalitions, à savoir l'Alliance des forces démocratiques (AFD) et la Coalition nationale pour le changement (CNC), manque de cohésion. Alors que l’AFD prend part au processus élctoral, la CNC et un candidat indépendant contestent les conditions d’organisation de l’élection et cherchent à remettre en cause la légitimité du processus.

Essy Amara, ancien secrétaire général de l’Organisation de l’Unité africaine, et Mamadou Koulibaly, ancien président de l’Assemblé nationale et candidat du parti Liberté et démocratie pour la République (LIDER), se sont d’ailleurs retirés de la course les 6 et 9 octobre, respectivement. Ils estiment que les conditions d’une élection juste, libre et transparente ne sont pas réunies. Une dissidence du FPI dirigée par Aboudramane Sangaré avait déjà appelé au boycott dès le 10 août.

Parmi les éléments régulièrement mis en avant par certains acteurs de l’opposition figurent la composition de la Commission électorale indépendante (CEI) qualifiée de déséquilibrée et de non représentative. Ils estiment que 9 des 17 membres de cette commission seraient d’office acquis au pouvoir en place. L’absence de consensus autour de la commission augmente les risques de contestation des résultats.

Une portion de l’opposition souligne aussi la disparité dans l’accès aux médias d’État. En effet, la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) a annoncé dans son dernier rapport que les partis et groupements politiques au pouvoir totalisent 71,31 % du temps d’antenne, contre 28,69 % pour les partis de l’opposition. Cette situation est présentée comme un exemple supplémentaire d’un environnement électoral inéquitable.

Enfin, certains opposants ont critiqué la décision de la CEI de proroger de 4 jours, jusqu’au 21 octobre, le delai de distribution des cartes d’électeurs à la demande de la coalition au pouvoir.  En plus de contrevenir aux dispositions en la matière contenues dans le code électoral, ils estiment que cette demande répondrait surtout au souci du RHDP de gonfler le taux de participation.

Une remise à plat des conditions d’organisation des élections parait peu probable à 48 heures du vote. La posture de contestation dans laquelle s’inscrivent certaines coalitions et certains candidats de l’opposition signale le risque d’instabilités localisées pendant la période électorale. Elle laisse aussi présager de la quasi-certitude d’une contestation des résultats et d’une stratégie plus large de remise en cause de la légitimité du pouvoir après l’élection, si le candidat du RHDP est réélu.

Logiquement, l’absence d’un candidat unique de l’opposition dès le premier tour devrait engendrer l’émiettement de son électorat et profiter au président sortant. Dans ce contexte, Alassane Ouattara fait donc figure de favori dans cette élection qui ne semble pas présenter d’enjeux majeurs.

Alors que toute l’attention est actuellement tournée vers le vote du 25 octobre, il importe toutefois de lier les questions électorales immédiates aux enjeux de stabilité à moyen et long terme pour le pays.

Les cinq prochaines années s’annoncent fondamentales pour la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire

Le développement économique, la justice, le désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) ainsi que la cohésion sociale sont des questions importantes qui reçoivent actuellement beaucoup d’attention, même si elles enregistrent des progrès inégaux.

D’autres problématiques, plus anciennes, mais pas pour autant réglées, méritent également un examen vigilant. Il s’agit notamment de la nationalité et du foncier rural, figurant, bien avant la crise post-électorale, parmi les causes dites profondes de la crise ivoirienne.

Si des réponses efficaces ne sont pas apportées aux questions fondamentales, nouvelles et anciennes, de la crise ivoirienne, le risque d’une régression dans la dynamique de normalisation politique et sécuritaire demeurera réel.

En effet, alors que la présidentielle de 2015 n’a pas encore eu lieu, les échéances électorales de 2020 sont déjà dans la ligne de mire de nombreux acteurs. Les cinq prochaines années s’annoncent donc fondamentales pour la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire. Ce quinquennat comporte de nombreux risques et se présente comme une équation à plusieurs inconnues.

La première est liée à l’avenir du RHDP. Il existe déjà des tensions entre certains acteurs au sein des partis et entre les partis membres de la coalition. Celles-ci risquent de s’intensifier à l’approche des scrutins législatifs et locaux à venir et augurent de sérieuses luttes de pouvoir dans la perspective de la présidentielle de 2020.

Deuxième dimension qui aura un impact important sur le déroulement du prochain quinquennat : le verdict du procès de Laurent Gbagbo à la CPI. Une décision de condamnation ou d’acquittement influencera les rapports de force au sein du FPI et, plus largement, au sein de ses soutiens politiques dans l’opposition.

Enfin, si les demandes légitimes de l'opposition continuent d'être ignorées par le gouvernement élu, certains acteurs et regroupements politiques pourraient davantage se radicaliser. Ceux-ci pourraient être tentés de faire usage de la violence en la présentant comme la seule alternative.

Au lendemain de l’élection de cette année, la construction d’une paix durable doit rester l’objectif prioritaire pour le prochain gouvernement et pour l’ensemble de la classe politique ivoirienne qui ne semble pas encore avoir tiré toutes les leçons des longues années de crise politique qu’a traversées la Côte d’Ivoire.

Lori-Anne Théroux-Bénoni, Directrice du bureau et chercheure principale, Ella Abatan, Chercheure boursière et Armande Jeanine Kobi, Chercheure boursière, Division Prévention des Conflits et Analyse des Risques, ISS Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>