ISS Today
Home / ISS Today / Côte d'Ivoire presidential election: beyond Alassane Ouattara's victory
Côte d'Ivoire presidential election: beyond Alassane Ouattara's victory
6 November 2015

Pour la version française, cliquez ici

After a landslide victory in Côte d’Ivoire’s recent presidential election, Alassane Ouattara was sworn in for a second term on Tuesday, 3 November. The organisation and outcome of the election happened in a peaceful way, but this does not necessarily make it a democratic success story, and several key observations must be made.

The first is the turnout rate, which stood at 52.86% – a sharp decline from the 2010 presidential election, which saw over 80% of voters making their mark in the two rounds. Two factors might explain this.

In terms of what was at stake, the contexts around the two elections were completely different. The 2010 poll was a major turning point for Côte d’Ivoire, occurring as the country was emerging from a decade-long politico-military crisis. It saw three main opponents – Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié and Alassane Ouattara – all of whom enjoyed relatively similar political standing, vying for power. In the 2015 election, however, the absence of an opponent with an electoral base capable of competing with Ouattara removed any suspense regarding the outcome.

Voter apathy can also be explained by the fragmentation of the opposition into two camps; one in favour of participating in the electoral process, and the other choosing to boycott it. Many Ivorians therefore felt that the die had already been cast.

The Ivorian election was peaceful, but not necessarily a democratic success
Tweet this

The second key observation concerns the election result, with Ouattara winning with a landslide 83.66% of the ballots. 

In addition to the lack of a strong competitor, other elements can also explain this result. During his first term in office, Alassane Ouattara succeeded in growing Côte d’Ivoire’s economy, and benefited from the support of a broad coalition, the Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (the Rally of Houphouetists for Democracy and Peace, RHDP).

Furthermore, as mentioned above, the opposition – centred on two main political groupings, namely the Alliance des forces démocratiques (Alliance of Democratic Forces, AFD) and the Coalition nationale pour le changement (National Coalition for Change, CNC) – was divided and lacked cohesion. This fragmentation diluted opposition votes and ultimately gave the incumbent president a leg-up to victory.

Just a few days before the election, three well-known candidates withdrew from the process – former minister of foreign affairs, Amara Essy; former president of the National Assembly, Mamadou Koulibaly; and former prime minister Charles Konan Banny. This left the field wide open for the incumbent president to be re-elected.

The third observation pertains to the decline of the Front populaire ivoirien (Ivorian Popular Front, FPI). The party won 9.29% of the ballots – a massive drop from the 45.9% they had won in the second round of the 2010 presidential election. This is a reflection of the deep divisions that exist within the party, which were caused by the absence of its founder, Laurent Gbagbo, whose trial before the International Criminal Court is scheduled to start on 28 January next year.

The split within the FPI occurred when Affi N’Guessan had the judiciary nullify Gbagbo's attempts to lead the party in December 2014. In April this year, the court acknowledged N’Guessan as the legal FPI leader.

A fragmented opposition ultimately gave Ouattara a leg-up to victory
Tweet this

N’Guessan’s faction advocated for the party’s participation in the elections. The other wing, led by Aboudramane Sangaré, suspected N’Guessan of siding with the government. In August, the Sangaré camp called for a boycott of the elections, which it considered unfair. It demanded that political prisoners, including Gbagbo, first be released.

The low turnout rate was also recorded in traditional FPI strongholds, such as Agneby-Tiassa, Gôh, Cavally and the district of Abidjan. The average turnout here was 44.84% in 2015 – a significant decrease from 84.09% in 2010. This is part of a general nationwise trend, however, and should not therefore be viewed only in light of Sangaré’s call for a boycott.

The poll results and participation rate provide some insight into the balance of power between the two wings of the FPI. Except for the region of Moronou, where N’Guessan won 54.06% of votes, he seems to have failed to counteract the call for a boycott. The decline can also be explained by the scepticism of some of FPI militants towards N’Guessan’s persona.

Although difficult to quantify, the possibility that some FPI voters who supported Gbagbo in 2010 might have subsequently switched to the RHDP cannot be ignored.

Finally, the 2015 presidential election shows that national reconciliation remains a challenge. If anything, voter turnout and behaviour showed that Ivorians remain deeply divided. Ouattara received the highest scores in his traditional support bases in the north. Conversely, the southern regions, considered to be Gbagbo strongholds (and by extension, those of the FPI), recorded a high abstention rate, estimated at around 50%.

The election showed that Ivorians remain deeply divided
Tweet this

In addition, turnout in Abidjan, the economic capital and most cosmopolitan city, was 43.58% – well below the national average. These figures again raise the question of national unity, and more specifically of national reconciliation. In a context still defined by socio-political divisions, it is difficult to separate issues around justice, inclusive economic growth and constitutional reform from those around reconciliation.

The justice system is perceived to be biased, and efforts should be made to change such views. Economic growth, which has been 7% and higher on average since 2012, should be inclusive in the coming five years. Finally, on the question of reform, the upcoming revision of the constitution should help resolve the thorny issue of Article 35, which pertains to eligibility to compete in presidential elections.

As highlighted in the latest ISS West Africa Report, these observations show once again that a peaceful outcome does not necessarily mean the process can be described as a democratic success. In the medium and long term, stability in Côte d’Ivoire remains a challenge. As Ouattara begins his second and final term in office, he must seize this opportunity to reconcile the Ivorian political class and must undertake the necessary structural reforms to consolidate peace.

Ibrahim Maïga, Junior Researcher, Ella Abatan, Junior Fellow and Armande Jeanine Kobi, Junior Fellow, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar

______________________________

Élection présidentielle en Côte d’Ivoire : au-delà de la victoire de Alassane Ouattara

Alassane Ouattara, élu dès le premier tour lors de la présidentielle du 25 octobre 2015, a prêté serment le 3 novembre dernier devant le Conseil constitutionnel. Malgré le déroulement et l’issue pacifiques des élections, les résultats ont mis en évidence plusieurs constats.

Le premier constat est lié au taux de participation qui s’élève à 52,86 %. Ce chiffre est significativement en baisse par rapport à celui de la présidentielle de 2010 qui était au-delà de 80 % pour les deux tours. Deux éléments peuvent expliquer cette diminution.

D’abord, les contextes et les enjeux des deux scrutins étaient totalement différents. L’élection de 2010 était considérée comme un tournant important pour le pays qui peinait à sortir de la crise politico-militaire dans laquelle il était embourbé depuis presque dix ans. En outre, trois adversaires à la stature politique relativement comparable, Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, se disputaient le pouvoir suprême. Ainsi, l’absence d’un compétiteur avec une base électorale en mesure de faire concurrence à Ouattara a ôté tout suspens au scrutin.

L’absence d’un compétiteur en mesure de faire concurrence à Ouattara a enlevé tout suspens au scrutin

Ensuite, ce désintérêt s’explique par la fragmentation de l’opposition en deux camps, l’un favorable à une participation au jeu politique et l’autre partisan du boycott du processus électoral. Par conséquent, le sentiment pour beaucoup d’Ivoiriens que les jeux étaient déjà faits, a fait chuter le taux de participation.

Le deuxième constat porte sur la réélection dès le premier tour du président sortant qui a recueilli 83,66 % des suffrages exprimés. Outre l’absence d’un challenger, d’autres éléments peuvent être mis en avant pour expliquer ce résultat.

Tout d’abord, Ouattara, qui pouvait se prévaloir d’un bilan appréciable notamment sur le plan économique, a bénéficié dès le premier tour du soutien d’une large coalition, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), dont il a été le candidat unique.

Ensuite, face au président sortant, l’opposition regroupée autour de l'Alliance des forces démocratiques (AFD) et de la Coalition nationale pour le changement (CNC) était divisée. L’émiettement de son électorat a facilité la victoire du président sortant.

Enfin, le retrait quelques jours avant l’élection des trois candidats les plus connus de l’opposition (l'ancien ministre des Affaires étrangères Essy Amara, l'ancien président de l'Assemblée nationale Mamadou Koulibaly, et l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny) a également laissé le champ libre à une réélection de Ouattara.

Affi N’Guessan semble n’avoir pas réussi à faire échec à l’appel au boycott

Le troisième constat concerne la régression du Front populaire ivoirien (FPI) qui a totalisé 9,29 % des suffrages contre 45, 9% au second tour de la présidentielle de 2010. Ce recul s’explique par la division profonde que vit le parti, liée à l’absence de son fondateur, Laurent Gbagbo, dont l’ouverture du procès devant la Cour pénale internationale est prévue le 28 janvier 2016.

La rupture au sein du FPI est intervenue en décembre 2014, lorsqu’Affi N’Guessan a fait invalider par la justice la candidature de Gbagbo à la tête du parti, avant d’être reconnu en avril 2015 comme son président légal.

La tendance dirigée par Affi N’Guessan plaidait pour la participation du FPI aux élections. Cette posture lui a valu de l’aile opposée, menée par Aboudramane Sangaré, d’être soupçonnée d’avoir pactisé avec le pouvoir en place. Elle avait officiellement appelé, début août 2015, au boycott des élections dont elle jugeait les conditions inéquitables, et revendiquait comme préalable à toute participation la libération de tous les prisonniers politiques, y compris celle de Gbagbo.

La diminution du taux de participation a également été enregistrée dans la plupart des fiefs du FPI. Pour preuve, dans les localités d’Agneby-Tiassa, de Gôh, de Cavally et du district autonome d’Abidjan réputées comme des bastions du FPI, la moyenne de la participation a été de 44,84 % en 2015 contre 84,09 % en 2010. Cette baisse représente toutefois une tendance globale observée à l’échelle nationale et ne peut donc pas être évaluée seulement à l’aune de l’appel au boycott d’une aile du FPI.

L’élection de 2015 démontre que la société ivoirienne reste profondément divisée 

Les résultats du scrutin de même que le taux de participation permettent d’apprécier le rapport de forces entre les deux tendances du FPI et le poids politique d’Affi N’Guessan. En effet, excepté dans la région de Moronou, où celui-ci est sorti premier des élections avec 54,06 % des voix, il semble n’avoir pas réussi à faire échec à l’appel au boycott.

Ce recul pourrait traduire le manque d’adhésion d’une partie des militants du FPI à la personnalité d’Affi N’Guessan et l’échec de la stratégie qu’il a adoptée. Le fait qu’une partie de l’électorat, qui a soutenu Gbagbo en 2010, se soit rangée derrière le candidat du RHDP en 2015 n’est enfin pas à exclure, bien que l’ampleur de ce mouvement paraisse difficile à mesurer.

Enfin, la présidentielle de 2015 illustre bien que la réconciliation demeure un défi. Le taux de participation et le comportement de l’électorat sur l’ensemble du territoire au cours de cette élection démontrent que la société ivoirienne reste profondément divisée.

Alors que Ouattara a obtenu les scores les plus importants dans les régions du Nord qui lui sont traditionnellement favorables, celles du Sud, considérées comme les fiefs de Gbagbo et par extension du FPI, enregistrent un taux d'abstention élevé avoisinant les 50 %. La participation à Abidjan, capitale économique et ville la plus cosmopolite du pays, a été de 43,58 %. Ces chiffres soulèvent la question de la cohésion nationale, avec en toile de fond le chantier de la réconciliation qui demeure inachevé.

Dans un contexte encore marqué par des clivages sociopolitiques, il est difficile de dissocier la question de la justice, de la croissance économique inclusive et des réformes constitutionnelles, de celle de la réconciliation. Des efforts doivent être fournis dans le domaine de la justice afin de changer la perception de partialité dont elle pâtit. La croissance économique dont la moyenne depuis 2012 dépasse les 7 %, devra dans le prochain quinquennat être plus inclusive. Enfin, la question des réformes dont la première annoncée est la révision prochaine de la Constitution, devrait contribuer à résoudre l’épineuse question de l’article 35 portant sur les critères d’éligibilité à l’élection présidentielle.

Tel qu’indiqué dans le Rapport sur l’Afrique de l’Ouest de l’ISS d’octobre 2015, ces constats démontrent que l’issue pacifique de cette élection ne suffit pas à faire de la Côte d’Ivoire un exemple de démocratie. Ils illustrent aussi que la stabilité à moyen et long terme demeure un défi. Alors que le président Ouattara entame son second et dernier mandat, il doit saisir l’occasion pour réconcilier la classe politique et mener les réformes structurelles nécessaires à la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire.

Ibrahim Maïga, Chercher junior, Ella Abatan, Chercheure boursière et Armande Jeanine Kobi, Chercheure boursière, Division Prévention des Conflits et Analyse des Risques, ISS Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>