ISS Today
Home / ISS Today / Can Gbagbo's ICC trial quench Côte d'Ivoire's thirst for justice?
Can Gbagbo's ICC trial quench Côte d'Ivoire's thirst for justice?
9 March 2016

Pour la version française, cliquez ici

On Monday, 7 March, the trial of Laurent Gbagbo resumed at the International Criminal Court (ICC). The former Ivorian president and his co-accused, Charles Blé Goudé, are on trial for four charges of crimes against humanity (murder, rape, persecution and other inhumane acts) that occurred during the post-electoral crisis of 2010-2011.

The crisis resulted in more than 3 000 deaths. Without underestimating the legal, political and even geopolitical issues at stake, it is important to note that the trial is not in itself a definitive response to the need for justice for all the victims. While the proceedings at The Hague are currently drawing much attention, the judiciary in Côte d’Ivoire must also manage cases linked to the crisis with due priority. Not only should the Ivorian judiciary do so efficiently, but it must also work to enhance its credibility.

If the ongoing trial at The Hague is to mete out some level of justice for the victims, it is imperative that this momentum is carried through at the national level by means of an appropriate judicial response. This would be in accordance with President Alassane Ouattara's statement of 4 February that ‘he will no longer send Ivorians to the ICC,’ arguing that the Ivorian justice system had been ‘rebuilt’.

The Gbagbo trial is not in itself a definitive response to the need for justice
Tweet this

The president’s stance raises important questions given the numerous challenges facing the Ivorian justice system. Critics say that the system lacks impartiality and that mechanisms for justice are not implemented effectively – as illustrated by the existence of so-called political prisoners, and dysfunctional proceedings observed in certain trials.

The partiality of the Ivorian justice system is emphasised in a recent report by Human Rights Watch (HRW), published on 8 December 2015. The report points out that almost all of the cases that have been initiated since the crisis target supporters of the old regime. Similarly, in its latest annual report – published on 26 February – Amnesty International states ‘that a number of perpetrators of crimes committed during the post-electoral crisis continues to escape justice’.  This certainly seems to be the case for members of the Republican Forces of Côte d'Ivoire (Forces républicaines de Côte d’Ivoire, or FRCI). Formerly linked to the Armed Forces of the New Forces (Forces armées des forces nouvelles, or FAFN), many members are known to have militarily supported the establishment of the current regime.

So far, only eight former FAFN leaders have been indicted for their involvement in the post-electoral crisis. The National Commission of Inquiry’s (CNE) report on violations of human rights and humanitarian law, which was submitted to Ouattara in 2012, showed that both parties involved in the conflict were responsible for the post-electoral crisis. Despite this, there has been very little movement in the investigation of 20 ‘pro-Ouattara’ soldiers who were accused of committing crimes during the crisis. Even though these soldiers were formally charged by the Special Cell of inquiry and investigation (Cellule spéciale d’enquête et d'instruction, or CSEI), most of them continue to occupy important positions in the security apparatus.

The willingness of the Ivorian authorities to revert to national justice is a move to be welcomed
Tweet this

The way in which legal proceedings have been conducted in some cases has also fuelled criticism. Referring to the trials of some allies of the former regime, Amnesty International reported that some of the procedures have compromised their right to appeal. Several observers have further noted a lack of presumed innocence in recent trials, for example with the soldiers accused of murdering former president, Robert Guéï. In a number of judgements, the evidence presented seems insufficient to justify culpability – reinforcing the view that the accused were presumed guilty prior to the trial.

Arbitrary arrests and detentions of opposition figures – primarily from the former ruling party, the Ivorian Popular Front (Front populaire ivoirien, or FPI), add to criticism of how the post-election crisis has been managed by the Ivorian justice system. The existence of political prisoners – individuals who are detained for months on end without being formally charged – is a case in point.  

It is unclear how many such prisoners are being detained. According to Pascal Affi N'Guessan, president of the FPI, there are around 300, while the Ivorian authorities say there are around 250. Amnesty International, meanwhile, speaks of ‘more than 200 supporters of former President Laurent Gbagbo’, and highlights the abuse that some have faced. In a report of 15 May 2014, the UN independent expert on the human rights situation in Côte d'Ivoire also outlined instances of torture and other human rights abuses.  

The release of some prisoners close to the former government – some provisionally – and the unfreezing of assets, have generally been interpreted as a result of political bargaining. This has also been reinforcing the impression that acts are guided by political, rather than legal consideration.

Côte d’Ivoire is still deeply divided, and a dysfunctional justice system could increase divisions
Tweet this

The verdict on 10 March 2015 of the trial of Simone Gbagbo and 82 other defendants charged with endangering the security of the state, participating in an insurrectionary movement, and disturbing public order – has, therefore, raised many questions. While some of her co-defendants, including Affi N'Guessan, received penalties corresponding to the length of their provisional detention (18 months in prison, in N'Guessan’s case) – others, like Simone Gbagbo herself, were sentenced to 20 years in prison. N'Guessan’s sentence was considered ‘lenient’ by some, and has been interpreted as a move of the current regime to reward Affi’s efforts to bring the FPI back in the political game.

It might seem idealistic to hope for a judicial system that is totally independent from the executive, or free from political involvement. However, this should not get in the way of establishing a credible justice system. The willingness of the Ivorian authorities to revert to national justice is a move to be welcomed. It is indeed the responsibility of national institutions and stakeholders to find effective ways and means within their own countries. However, the many statements made by the highest Ivorian authorities to promote a true and fair justice system have so far remained wishful thinking. The way the Ivorian justice system has operated thus far is also a cause for concern.

The outcome of the trial in The Hague should not exempt the Ivorian authorities from their urgent responsibility to guarantee truly restorative justice for the human rights violations that occurred during the post-electoral crisis. It is also their duty to ensure its independence and credibility.

Côte d’Ivoire, having inherited a decade-long political and military crisis in addition to the post-electoral crisis, is still a deeply divided country. A justice system that does not promote the strengthening of social cohesion could entrench or increase such divisions. And if Côte d’Ivoire’s social fabric continues to fray, this will also severely limit prospects for economic growth.

Armande Jeanine Kobi, Junior fellow, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar 

______________________________

Le procès de Gbagbo à La Haye résoudra-t-il le besoin de justice en Côte d’Ivoire ?

A l’issue d’une interruption de quelques jours, le procès de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo devant la Cour Pénale Internationale (CPI), ouvert le 28 janvier, a repris le 7 mars. L’ancien dirigeant et son co-accusé, Charles Blé Goudé, y sont jugés pour quatre charges de crimes contre l’humanité (meurtre, viol, persécution, et autres actes inhumains) survenus pendant la crise post-électorale de 2010-2011.

Malgré son caractère emblématique - et sans en sous-estimer les enjeux juridique, politique et même géopolitique -, ce rendez-vous judiciaire ne saurait à lui seul apporter une réponse définitive au besoin de justice qui anime toutes les victimes de cette crise dont le bilan officiel s’élève à plus de 3000 morts. Alors que la plupart des regards sont tournés vers La Haye, il est important de rappeler la nécessité pour la justice nationale de jouer pleinement son rôle dans la gestion des dossiers liés à cette période tourmentée. Pour ce faire elle devrait faire preuve d’efficacité et se départir des critiques mettant en cause sa crédibilité.

Le procès contre Gbagbo à lui seul ne saurait apporter une réponse définitive au besoin de justice des victimes de la crise post-électorale

Si le procès actuellement en cours à La Haye traduit effectivement la manifestation d’un effort de justice envers les victimes, en mettant certaines des personnalités concernées face à leur responsabilité, il est tout aussi impératif que cette dynamique se poursuive au niveau national par une réponse judiciaire appropriée. Cet impératif est renforcé par la déclaration faite le 4 février dernier par le Président ivoirien, Alassane Ouattara, qu’il n’enverrait plus d’Ivoiriens à la CPI. Pour justifier cette nouvelle posture, il a avancé le fait que la justice ivoirienne a été remise sur pied.

Cette décision soulève cependant de nombreuses interrogations qui s’appuient sur certains des maux de la justice ivoirienne qui sont régulièrement mis en avant par des défenseurs des droits humains, y compris des mécanismes onusiens. Les critiques portent principalement sur son absence d’impartialité, le sentiment de son instrumentalisation – laquelle s’illustre par l’existence de « prisonniers politiques » - et sur des dysfonctionnements observés lors de certains procès.

La partialité de la justice ivoirienne est soulignée par le rapport de Human Rights Watch (HRW) du 8 décembre 2015 qui rappelait le fait que la quasi-exclusivité des poursuites judiciaires initiées continuait à cibler les partisans de l’ancien pouvoir. Dans son dernier rapport annuel publié le 26 février, Amnesty International relevait également le fait « qu'un certain nombre de responsables des crimes commis pendant la crise postélectorale échappaient toujours à l’obligation de rendre des comptes ». C’est le cas de certains membres des Forces républicaines de Côte d’ivoire (FRCI), anciennement membres des Forces armées des forces nouvelles (FAFN), réputés pour avoir militairement soutenus l’instauration du régime actuel.

La volonté exprimée par les autorités ivoiriennes de remettre la justice nationale dans le jeu est à saluer

De fait, seuls huit de ces anciens chefs FAFN, ont pour l’instant été mis en examen pour leur implication dans la crise postélectorale. Or le rapport de la Commission nationale d’enquête (CNE) sur les atteintes au droit de l’homme et au droit humanitaire, remis au président Alassane Ouattara en août 2012 situait les responsabilités de part et d’autre. Ce rapport accusait nommément 20 militaires « pro-Ouattara » de crimes perpétrés durant cette période. En l’état actuel de ce qui est su de l’instruction de leur dossier, aucune action ne laisse présager d’un jugement des personnes concernées dans un avenir proche. Cela étant, malgré leur inculpation formelle par la Cellule spéciale d’enquête et d'instruction (CSEI), la plupart de ces huit membres des FRCI continuent d’occuper des postes importants dans le dispositif sécuritaire.

La manière dont certaines procédures judiciaires ont jusqu’à présent été menées alimente aussi les critiques à l’endroit de la justice ivoirienne. Dans son dernier rapport annuel Amnesty International, revenant sur les procès de certains proches de l’ancien pouvoir, notait des procédures compromettant leur droit de recours. L’absence de présomption d’innocence qui semble avoir caractérisée certains des procès récents a également été constatée par plusieurs observateurs. Ce fut le cas du procès des militaires accusés du meurtre du général Guei Robert. Les preuves sur la base desquelles plusieurs condamnations ont été prononcées, ont très souvent peinées à convaincre sur la culpabilité des accusés, renforçant l’impression qu’ils avaient déjà été jugés coupables avant le procès.

Les arrestations et détentions arbitraires de personnalités d’opposition, prioritairement de l’ancien parti au pouvoir, le Front populaire ivoirien (FPI), constituent un autre des malaises que suscite la gestion de la crise postélectorale par la justice ivoirienne. Cette réalité est manifeste par l’existence de « prisonniers politiques », à savoir des individus arrêtés et détenus durant des mois sans être formellement inculpés. Les versions divergent sur leur nombre exact. Selon le FPI, par la voix de son président, Pascal Affi N’Guessan, ils seraient au nombre de 300. Les autorités ivoiriennes quant à elles ne reconnaissent qu’au plus 250 prisonniers. Amnesty International, parle de « plus de 200 partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo », soulignant au passage les mauvais traitements dont certains auraient été victimes. Le recours à des actes de torture et traitements inhumains et dégradants a également été révélé par l’Expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Côte d’ivoire dans son rapport du 15 mai 2014.

Une justice partiale est susceptible d’accentuer les fractures sociales existantes

Les décisions de libération de prisonniers – y compris à titre provisoire - et de dégel des avoirs, prises au bénéfice de certaines personnalités proches de l’ancien pouvoir, ont généralement été interprétées comme la résultante de marchandages politiques. Elles renforcent l’impression d’actes guidés par des considérations politiques que juridiques. Le verdict du 10 mars 2015 du procès de Simone Gbagbo et de 82 autres prévenus - poursuivis pour atteinte à la sûreté de l’Etat, participation à un mouvement insurrectionnel, et trouble à l’ordre public - a de ce fait suscité de nombreuses interrogations. Ainsi, pendant que certains de ses co-accusés, parmi lesquels figuraient Affi N’guessan, bénéficiaient de peines correspondant à la durée de leur détention – 18 mois de prison pour ce dernier - d’autres, à l’instar de Simone Gbagbo, étaient condamnés à 20 ans de prison. La peine jugée « clémente » à l’endroit de Affi N’guessan a été interprétée comme un « geste » du pouvoir visant à « récompenser » ses bonnes dispositions à ramener le FPI dans le jeu politique.

Bien qu’il paraisse illusoire d’envisager une justice totalement affranchie du pouvoir ou des logiques politiques, il est important que ces dernières ne priment pas sur les règles de droit nécessaires à l’instauration d’une justice crédible.

La volonté exprimée par les autorités ivoiriennes de remettre la justice nationale dans le jeu est à saluer. Il revient effectivement aux acteurs et aux institutions nationaux de trouver les voies et moyens du pays. Cela étant, les déclarations faites par les plus hautes autorités ivoiriennes de rompre avec l’impunité et de promouvoir une justice véritable et équitable sont jusqu’à présent restées des vœux pieux. De plus, la manière dont la justice ivoirienne a fonctionné jusqu’à présent ne pousse pas à l’optimisme.

Quelque soit l’issue du procès en cours à La Haye, il ne saurait exonérer les autorités ivoiriennes de leur responsabilité première dans l’administration d’une justice véritablement réparatrice des tords causés à toutes les victimes de la crise postélectorale de 2012-2011. Il est de leur devoir de s’assurer de son indépendance et de garantir sa crédibilité.

La société ivoirienne, héritière de la décennie de crise politico-militaire et de la crise postélectorale de 2010-2011 est encore traversée par de nombreuses fractures. Une justice qui ne serait pas à la hauteur des enjeux qui sous-tendent le renforcement de la cohésion sociale contribuera à les entretenir, voire à les accentuer. L’ « émergence » économique du pays ne saurait s’accommoder d’un tissu social fragilisé.

Armande Jeanine Kobi, Chercheure boursière, division Prévention des conflits et analyses des risques, ISS Dakar

Your comments
comments powered by Disqus
?>