ISS Today
Home / ISS Today / Burkina Faso set for an electoral uprising?
Burkina Faso set for an electoral uprising?
24 November 2015

Pour la version française, cliquez ici

On Sunday, 29 November, around 5.5 million people are expected at the polls in Burkina Faso to elect the next president and the 127 members of Parliament. These elections, the first after the ousting of former president Blaise Compaoré, will see 14 presidential candidates and 6 944 Parliamentary candidates vie for top spots in the country’s leadership.

The current mind-set among most Burkinabes is a mixture of hope and anxiety. The electoral process, which was interrupted following the attempted coup d’état of 16 September 2015, was meant to end with elections initially scheduled for 11 October.

Although some voters seem to have lost faith in the power of the ballot as a means to express and realise their expectations, many remain hopeful that these elections could mark the beginning of long-awaited change. The polls will certainly be a test for the country’s democratic maturity.

Some voters in Burkina Faso seem to have lost faith in the power of the ballot
Tweet this

With four days to go before the polls, it is important to note that the electoral campaign, officially launched on 8 November, has so far taken place amid a generally peaceful atmosphere. President Michel Kafando, the current leader of the transitional government, has called for a calm atmosphere free of hate speech or incitement to violence. This was echoed by other personalities, such as the president of the National Independent Electoral Commission (CENI) and the Attorney General of the Ouagadougou Court of Appeal, and their pleas for peace seem to have been heard. Except for a few cases of posters being vandalised and some verbal bluster, there have been no major incidents to disturb the campaign or cause tension.

This week, the various protagonists will most likely throw all their weight into some last-minute electioneering. This could result in localised tensions, especially between supporters of the two favourite candidates; Marc Christian Kaboré from the People’s Movement for Progress (MPP) and Zéphirin Diabré from the Union for Progress and Change (UPC). Political actors must continue to act responsibly, especially by calling on supporters to exercise the utmost restraint and respect for opponents.

There is a real risk that the results of Sunday’s election will be contested
Tweet this

The risk of instability that has been present throughout the transition – fuelled by the various socio-political upheavals and interference in the political process from the former Régiment de sécurité présidentielle (RSP) – remains a cause for concern.

The dissolution of the RSP and the detention of some military officers would have helped to reduce the potential threat posed by the former majority party. Some observers have, however, not ruled out the possibility of former RSP elements destabilising the electoral process, especially those who have not yet taken up their new posts within the army.

The Burkinabe government has allocated close protection to all presidential candidates, and has mobilised at least 25 000 defence and security personnel to secure the electoral process. The state is also expected to reinforce border controls. However, while most actors and observers will find these measures reassuring, their effectiveness remains to be seen.

The main area of concern is the approach adopted by the political actors and their supporters towards the integrity and reliability of the electoral process; specifically their trust in the voting and counting operations. The upcoming elections will no doubt be the most competitive poll that Burkina Faso has organised since multi-partyism was restored in 1991. It is therefore crucial that the electoral process be transparent and credible.

To help ensure this, the CENI has put in place a set of mechanisms. Seen to be reliable, these mechanisms were explained to the political actors and citizens. They include, among other things, a biometric electoral register and a satellite system to collect and disseminate the results.

This does not, however, rule out the possibility of errors occurring. If that were to happen, this could delay the announcement of the results, which the CENI plans to publish the day after the election. Such a delay could spark confusion, suspicion and might eventually result in tensions.

Burkina Faso will continue to face many socio-economic and political challenges
Tweet this

Several monitoring mechanisms will also be deployed to enhance the credibility of the poll. The Economic Community of West African States, European Union and several civil society organisations will play an important role in this regard. For instance, a grouping of civil society organisations called Coordination des organisations de la société civile pour l’observation domestique des elections, or CODEL, manages a real-time monitoring system of voting and counting operations. CODEL plans to deploy more than 5 000 domestic observers.

These measures should help reduce the chance of the results being contested, which unfortunately remains a real risk. If this were to happen, the Burkinabe authorities should invite and encourage stakeholders to make use of existing legal mechanisms. Besides the concerns already mentioned, other unknowns include not only the level of participation, but also the outcomes of both the presidential and legislative elections.

Beyond the elections, the post-Compaoré, post-uprising and post-transition Burkina Faso will continue to face many socio-economic and political challenges. Civil society organisations will have their work cut out for them in urging the next set of leaders to live up to the nation’s expectations.

William Assanvo, Senior Researcher, Conflict Prevention and Risks Analysis Division, ISS Dakar

For more on this topic, tune in for the live webcast of this week’s View on Africa on Wednesday 25 November.

______________________________ 

Burkina Faso: l’insurrection électorale aura-t-elle lieu ?

Près de 5,5 millions de Burkinabè sont attendus dans les urnes dimanche 29 novembre 2015. Ils devront élire à la fois le prochain Président du Faso ainsi et les 127 députés qui siègeront à l’Assemblée nationale. Ces premières élections de l’ère post-Compaoré enregistreront la participation de 14 candidats à la présidentielle et de 6.944 aux législatives.

Cette fois sera-t-elle la bonne? C’est l’état d’esprit, teinté d’espoir et d’une certaine inquiétude, dans lequel se trouvent les Burkinabé depuis la reprise du processus électoral interrompu par la tentative de coup d’état du 16 septembre 2015. Ce processus aurait du s’achever avec les élections générales initialement prévues pour le 11 octobre dernier.

La confiance d’une partie des Burkinabè dans le vote semble s’être effritée

Bien que la confiance d’une partie des Burkinabè dans le vote - comme moyen d’exprimer et de voir leurs multiples attentes satisfaites - semble s’être effritée, nombreux sont les Burkinabè qui continuent à nourrir l’espoir que ces élections, ainsi que leurs résultats, marquent le début de la rupture tant espérée. Ces élections intervenant dans un contexte post-insurrectionnel sont également perçues comme un test pour la maturité démocratique du Burkina.

A quatre jours du scrutin, il est déjà possible de noter que la campagne électorale officiellement, lancée le 8 novembre dernier, s’est jusqu’à présent déroulée dans un climat globalement apaisé. Les appels lancés par de nombreuses personnalités - notamment le président de la Transition, Michel Kafando, celui de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et le procureur général près la Cour d’Appel de Ouagadougou - afin que prévale une ambiance apaisée et que les discours soient dépourvus de toute référence religieuse, ethnique, régionaliste ou d’incitation à la violence, semblent avoir été entendus. Hormis des destructions d’affiches et quelques dérapages verbaux, aucun incident majeur de nature à générer des tensions n’a été enregistré.

Alors que l’on aborde la dernière ligne droite, les différents protagonistes sont conscients que les derniers jours de campagne seront déterminants. Cette période pourrait être source de tensions localisées, notamment entre partisans des deux candidats présentés comme favoris à la présidentielle, à savoir Roch Marc Christian Kaboré (Mouvement du peuple pour le progrès -MPP) et Zéphirin Diabré (Union pour le progrès et le changement -UPC). Il est par conséquent important que les acteurs politiques continuent à faire preuve de responsabilité, notamment en appelant leurs militants à la plus grande retenue et au respect des adversaires.

Le risque de contestation des résultats des élections de dimanche est réel

Par ailleurs, les risques de déstabilisation qui ont prévalu tout au long de la transition - avec en filigrane les nombreux soubresauts sociopolitiques et les interférences de l’ancien Régiment de sécurité présidentielle (RSP) dans le processus politique - sont également sources de préoccupation.

De ce point de vue, si l’incertitude prévaut quant à la menace que pourrait encore poser l’ancienne majorité sur le processus électoral, la dissolution du RSP et la détention de certains militaires, tel que le Général Gilbert Diendéré, ont contribué à atténuer cette inquiétude. Bien que sa probabilité soit jugée faible, certains observateurs n’excluent pas que des actions de déstabilisation soient tentées par des éléments de l’ex-RSP n’ayant pas rejoint leurs nouvelles affectations au sein de l’armée.

Signe que la menace est réelle et afin de parer à toute éventualité, le gouvernement burkinabè a affecté à chaque candidat à la présidentielle une protection rapprochée et mis en place un dispositif d’au moins 25.000 membres des forces de défense et de sécurité chargé de sécuriser le processus électoral. Un renforcement de la surveillance des frontières a aussi été prévu. Bien que la plupart des acteurs et observateurs jugent ces mesures rassurantes, rien ne permet pour l’heure d’évaluer leur effectivité et efficacité réelles.

Au final, la principale inquiétude pourrait porter sur la confiance des acteurs politiques et de leurs partisans envers l’intégrité et la fiabilité du processus électoral, plus particulièrement celles des opérations de vote et de dépouillement. À ce propos, le fait que les élections du 29 novembre seront sans doute les plus discutées que le pays ait connu depuis le rétablissement du multipartisme en 1991 renforce la nécessité de s’assurer que leur organisation soit aussi transparente et crédible que possible.

La CENI s’y est d’ailleurs employée en mettant en place des dispositifs présentés comme fiables et en s’attelant à les expliquer aux acteurs politiques ainsi qu’aux citoyens. Ces dispositifs reposent notamment sur une liste électorale biométrique et un système de collecte et de transmission des résultats par satellite. La possibilité que des dysfonctionnements affectant ce dernier système se produisent le jour du scrutin - retardant la proclamation des résultats, alors même que la CENI a prévu les publier le lendemain du scrutin - pourrait être source de confusion, de suspicion et par la suite de tensions.

Le Burkina Faso post-transition demeura confronté à de multiples défis socioéconomique et politique

Plusieurs dispositifs d’observation électorale sont également prévus afin de renforcer la crédibilité du scrutin. Ainsi, à côté de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’Union européenne, des organisations de la société civile devraient jouer un rôle important. À titre d’illustration, la Coordination des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) – laquelle gère également un dispositif de suivi en temps réel des opérations de vote et de dépouillement – a prévu le déploiement de plus de 5000 observateurs nationaux.

Ces mesures devraient contribuer à réduire le risque de contestation des résultats qui est réel. Toutefois, en prélude à d’éventuelles contestations, les autorités burkinabè devraient inviter les différents protagonistes à s’en remettre aux mécanismes de recours légaux existant.

Outre les inquiétudes déjà évoquées, de nombreuses inconnues persistent à l’approche du scrutin. Elles portent notamment sur le niveau de participation des populations et bien sûr l’issue à la fois de la présidentielle et des législatives.

Il paraît enfin important de rappeler qu’au-delà des élections, le Burkina Faso post-Compaoré, post-insurrectionnel et post-transition demeura confronté à de multiples défis socioéconomique et politique. La société civile burkinabè entend à cet effet rappeler aux prochaines autorités leurs obligations de répondre aux aspirations de la population. L’état de grâce sera de courte durée.

William Assanvo, chercheur principal, division Prévention des conflits et Analyse des risques, ISS-Dakar

Pour plus d’analyses sur la situation politique au Burkina Faso, participez en ligne à l’édition du mercredi 25 novembre de « Vues d’Afrique ».

Your comments
comments powered by Disqus
?>