ISS Africa
Home / ISS Spotlight / New research on religious radicalism in Côte d'Ivoire informs policy
New research on religious radicalism in Côte d'Ivoire informs policy
25 June 2015

 Pour la version française, cliquez ici

Ground-breaking research by the Institute for Security Studies (ISS) Dakar office, in partnership with OSIWA and the government of Côte d’Ivoire, will help authorities in Côte d’Ivoire better understand religious dynamics in the country and how they relate to political processes, as well as the likely threat of extremism.

The study’s practical recommendations about how to deal with gaps in government’s legal and institutional mechanisms will enable more effective and efficent responses.

‘The research provides an African perspective on a complex issue that has so far mainly been addressed focusing on Islam, the security priorities of external partners and terrorism,’ says Lori-Anne Théroux-Bénoni, head of the ISS office in Dakar.

‘But political violence can also be linked to evangelical movements, as illustrated by the various prophecies that fuelled the 2010 post-electoral crisis in Côte d’Ivoire’ she added.

Supported by the government of Côte d’Ivoire and in partnership with expert Ivorian scholars, ISS experts conducted field research in 2014 in Abidjan, Yamoussoukro, Bouaké and Man.

Religious dynamics should be monitored not only within Muslim communities, but also within evangelical movements

The research showed that religious dynamics should be monitored not only within Muslim communities, but also within evangelical movements. It found that a majority of the Shia Lebanese living in Côte d’Ivoire adhere the Hezbollah movement’s cause and was ready to support it, including financially.

‘The study reveals that although religious radicalism and extremism have not yet reached the scale observed in other countries of the region, Côte d’Ivoire is not immune to the phenomenon,’ says ISS senior research and the coordinator of the study, William Assanvo.

The research results were presented to Ivorian authorities in Abidjan in in February 2015. High-level government officials from Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Mali, Niger and Senegal participated in the meeting, which included discussions on how to address the issues in their respective countries.

The findings have been published in the ISS’ West Africa Report, which was launched at a seminar in Dakar on 22 June. The seminar covered perspectives from Mali and the results of a 2013 ISS study on religious radicalism in Senegal.

Outcomes of the research include setting up a regional observatory on religious radicalism to inform decision makers in West Africa, including officials from the Economic Community of West African States. The intention is to develop a regional network of policy researchers whose work will contribute to a better understanding of this complex issue.

For more information, contact:

William Assanvo, ISS: +221 77 6847373, wassanvo@issafrica.org

______________________________

Une nouvelle recherche sur le radicalisme religieux en Côte d’Ivoire offre des pistes d’action aux décideurs

L’étude novatrice menée par le Bureau de Dakar de l’Institut d’études de sécurité (ISS-Dakar), en partenariat avec l’Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) et le gouvernement de Côte d’Ivoire, permettra aux autorités de ce pays de mieux appréhender les dynamiques traversant le champ religieux en Côte d’Ivoire, ses liens avec la sphère politique, ainsi que la menace de l’extrémisme. Les recommandations pratiques formulées, portant notamment sur les mesures susceptibles de renforcer les dispositifs légaux et institutionnels du gouvernement, permettront la mise en œuvre de réponses plus effectives et efficaces.

« Cette étude offre une perspective africaine sur une question complexe qui a jusqu'ici principalement été abordée sous l’angle des courants musulmans, du terrorisme et des priorités sécuritaires des partenaires extérieurs », explique Lori-Anne Théroux-Bénoni, directrice du bureau de l'ISS à Dakar. « Or, comme l’illustrent les diverses prophéties qui ont alimenté la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d'Ivoire, la violence politique peut également être liée à des mouvements évangéliques ».

Bénéficiant de l’appui des autorités ivoiriennes et menée en partenariat avec des chercheurs ivoiriens, les chercheurs de l’ISS, ont mené, au courant de l’année 2014, des recherches de terrain à Abidjan, Yamoussoukro, Bouaké et Man.

La recherche a montré que les dynamiques religieuses doivent être suivies de près non seulement au sein des communautés musulmanes, mais également des mouvements évangéliques. Elle conclut que la majorité des membres de la communauté chiite libanaise vivant en Côte d’Ivoire adhère au combat mené par le Hezbollah et est prête à le soutenir, y compris financièrement. 

« L’étude révèle que même si le radicalisme et l’extrémisme religieux n’ont pas encore atteint l’ampleur observée dans d’autres pays de la région, la Côte d’Ivoire n’est pas à l’abri du phénomène » dit William Assanvo, chercheur principal à ISS-Dakar et coordonnateur de l’étude. 

Les résultats de l’étude ont été présentés aux autorités ivoiriennes lors d’un séminaire de restitution tenu en février 2015, à Abidjan. La présence de représentants du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Sénégal avait également permis des discussions sur la manière dont cette problématique est gérée dans leur pays respectif. 

Une synthèse des résultats de l’étude a été publiée dans le Rapport sur l’Afrique de l’Ouest de l’ISS. Un séminaire de lancement de ce rapport s’est tenu le 22 juin 2015 à Dakar. Il a permis d’aborder la problématique du radicalisme religieux dans une perspective régionale, notamment dans le contexte du Mali et à la lumière des conclusions de l’étude sur le radicalisme religieux au Sénégal réalisée par l’ISS en 2013. 

Les résultats de la recherche soulignent la nécessité de mettre en place un Observatoire régional sur le radicalisme religieux afin d’informer les décideurs d’Afrique de l’Ouest, y compris les fonctionnaires de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). L’objectif est de développer un réseau régional de chercheurs dont le travail contribuera à une meilleure compréhension de cette problématique complexe. 

Pour plus d’informations contactez: 

William Assanvo, ISS: +221 77 6847373, wassanvo@issafrica.org 

?>