ISS Africa
Home / ISS Spotlight / Life histories of violent criminals inform policy
Life histories of violent criminals inform policy
3 March 2016

Pour la version française, cliquez ici

‘The lives of the men interviewed hold a mirror up to wider society – and the reflection is not a pretty sight’. This is how Professor William Dixon from the University of Nottingham describes a ground breaking new study on violent offenders in South Africa by the Institute for Security Studies (ISS) in partnership with the Department of Correctional Services (DCS).

Funded by the Open Society Foundation for South Africa, the study examines the life histories and life circumstances of repeat violent offenders to identify risks and develop interventions to reduce and prevent violent crime.

‘We partnered with DCS so that this study would guide the development of appropriate policies and practices, and because DCS is deeply concerned about its role in preventing repeat offending’, says Chandré Gould, author and senior research fellow at the ISS. ‘The findings about why some men turn to violence can inform the understanding and work of DCS in future’.

ISS partnered with DCS to guide the development of appropriate policies and practices
Tweet this

The study shows that reasons for offending behaviour come into play long before men reach prison. Although prison programmes do help reduce the risk of re-offending, the criminal justice system cannot work in isolation. Teachers, social workers and magistrates have a critical role in preventing and breaking cycles of offending behaviour by children at risk. Truancy, for example, is an early indicator that something is wrong in a child’s life. Using physical violence like beatings or corporal punishment to deal with problems encourages bad and violent behaviour in later years.

Speaking of the men Gould interviewed, Dixon says: ‘The crimes these men committed are undoubtedly cruel and horrific, but they are entirely in keeping with the violence – structural and otherwise – in their lives and the lives of the families and communities in which they have grown up. They are not blameless products of a violent society but their behaviour cannot be understood unless it is set in its social context.’ 

Senior managers in DCS believe the study contributes important new insights into the lives of inmates and can help to inform future programming.

In addition to the monograph Beaten Bad: The life stories of violent offenders, the ISS and its partners are involved in efforts to reduce violence through positive parenting. If successful, this work can inform a policy shift towards social interventions rather than criminal justice responses to violence.

The research findings are being distributed to senior government officials, politicians and the public and will be discussed at various national and international conferences in the coming months.

For more information contact:

Chandré Gould, ISS: +27 83 3054915, cgould@issafrica.org

______________________________

Les récits de vie des criminels violents permettent d'éclairer la politique

« La vie des hommes interrogés place la société au sens large devant un miroir — et le reflet n'est pas beau à voir ». Voici comment le professeur William Dixon de l'université de Nottingham décrit une nouvelle étude révolutionnaire sur les délinquants violents en Afrique du Sud, menée par l'Institut d'études de sécurité (ISS) en partenariat avec le Département des services correctionnels (DSC).

Financée par l'Open Society Foundation for South Africa, l'étude examine les récits de vie et les conditions d’existence des récidivistes violents pour identifier les risques et élaborer des interventions visant à réduire et empêcher les crimes violents.

« Nous avons collaboré avec le DSC afin que l'étude puisse guider l'élaboration de politiques et de pratiques adéquates et parce que le DSC est profondément impliqué dans son rôle de prévention de la récidive », déclare Chandré Gould, auteur et chercheuse principale à l'ISS. « Les résultats visant à déterminer pourquoi certains hommes se tournent vers la violence peuvent faciliter la compréhension et le travail du DSC à l'avenir ».

L'étude montre que l'origine des comportements délinquants remonte à bien avant leur incarcération. Bien que les programmes pénitentiaires contribuent à réduire le risque de récidive, le système de justice pénale ne peut pas fonctionner de manière isolée. Les enseignants, les travailleurs sociaux et les magistrats ont un rôle essentiel dans le cycle de prévention et d'arrêt des comportements délinquants chez les enfants jugés à risques.

L'ISS s'est associé au DSC pour guider l'élaboration de politiques et de pratiques adéquates

L'absentéisme, par exemple, est un indicateur précoce de dysfonctionnement dans la vie d'un enfant. L'utilisation de la violence physique comme les coups ou les châtiments corporels pour régler les problèmes encourage les comportements mauvais et violents qui interviennent des années plus tard.

En parlant des hommes que Gould a interrogés, Dixon déclare : « Les crimes commis par ces hommes sont indubitablement horribles et cruels, mais ils s'inscrivent dans la violence — structurelle et autre — de leur vie et de la vie des familles et des communautés dans lesquelles ils ont grandi. Ils ne sont pas les produits irréprochables d'une société violente, mais leur comportement ne peut être compris s'il n'est pas placé dans son contexte social ».

La haute direction du DSC estime que l'étude apporte de nouvelles informations importantes sur la vie des détenus et peut contribuer à l'élaboration de programmes futurs.

En plus de la publication de la monographie Mal battus : les récits de vie des délinquants violents, l'ISS et ses partenaires sont impliqués dans des efforts pour réduire la violence par la parentalité positive. Si ce projet aboutit, il peut permettre de guider un changement de politique orienté sur les interventions sociales plutôt que de répondre par la justice pénale à la violence.

Les résultats de recherche sont communiqués aux hauts responsables du gouvernement, aux hommes politiques ainsi qu'au public et seront abordés lors de diverses conférences nationales et internationales dans les mois à venir.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Chandré Gould, ISS : +27 83 3054915, cgould@issafrica.org

?>