ISS Africa
Home / About us / Press releases / 130 Groups across Africa call for countries to back ICC
130 Groups across Africa call for countries to back ICC
7 October 2013

Voir ci-dessous pour la version francaise

130 groups from across Africa called on African members of the International Criminal Court (ICC) in a letter made public today to affirm their support for the court at an extraordinary summit of the African Union (AU). The meeting is scheduled for 11-12 October 2013, in Addis Ababa.

The groups, from 34 countries, said African countries should support the ICC as a crucial court of last resort, including for its current cases on crimes committed during Kenya’s post-election violence in 2007-2008. The relationship between the ICC and some African governments has faced renewed challenges as the Kenya cases have progressed, the groups said. This has led to increased accusations that the court is targeting Africa, and questions over whether some African ICC members may be considering withdrawing from the ICC’s treaty, the Rome Statute.

‘Southern Africa was at the forefront of pressing for a permanent international criminal court,’ said Angela Mudukuti, International Criminal Justice Programme Project Lawyer at the Southern Africa Litigation Center. ‘South Africa and other Southern Africa Development Community members should press the AU to work to expand the reach of justice, not cripple it.’

In southern Africa, Botswana has been a vocal proponent of the ICC in the face of recent attacks on the court, but many other African ICC members have remained silent. However, in its September statement to the UN General Assembly, Lesotho expressed strong support for the ICC, and it should reaffirm that support at the Addis summit. Mauritius also adopted legislation to implement the ICC’s treaty domestically in 2011, putting it in a good position to express strong support for the court at the summit.

African countries played an active role at the negotiations to establish the court, and 34 African countries – a majority of African Union members – are ICC members. African governments have sought out the ICC to try grave crimes committed on their territories, and Africans are among the highest-level ICC officials as well as serving as judges.

‘Five African states asked the ICC to investigate crimes committed in their countries – Côte d’Ivoire , Uganda, Central African Republic, Mali, and Democratic Republic of Congo,’ said Georges Kapiamba, president of the Congolese Association for Access to Justice. ‘These states have particular authority and responsibility to dispel claims that the ICC is targeting Africa.’

Any withdrawal from the ICC would send the wrong signal about Africa’s commitment to protect and promote human rights and to reject impunity, as reflected in article 4 of the AU’s Constitutive Act, the organizations said. The work and functioning of the ICC should not be beyond scrutiny and improvement, but withdrawal would risk grave consequences of undermining justice in Africa.

‘This year Nigeria and Ghana both acknowledged the ICC as a crucial court of last resort, and are thus well placed to play a positive leadership role at the summit,’ said Chinonye Obiagwu, National Coordinator at Nigeria’s Legal Defense and Assistance Project. ‘They should actively push back against unprincipled attacks on the court and support the ICC’s ability to operate without interference, including in Kenya.’

The Nigerian government reaffirmed a ‘firm commitment to the Rome Statute’ and ‘readiness for continued cooperation with ICC to put an end to impunity’ in a recent filing to the ICC. President John Drimana Mahama of Ghana told France24 after an AU summit meeting in May, ‘I think the ICC has done an amazing job in bringing some people who have committed genocide and mass murder to justice.’

Kenya’s leaders in 2008 initially agreed to set up a special tribunal to try cases related to the postelection violence, which claimed more than 1 100 lives, destroyed livelihoods, and displaced more than a half-million people. But efforts to create the tribunal or to move cases forward in ordinary courts failed. The ICC prosecutor then opened an investigation, as recommended by a national commission of inquiry set up as part of an African Union-mediated agreement to end the violence.

The groups said that Kenya has put governments in an awkward position by pressing for action to avoid the ICC’s cases while having failed to avail itself of the court’s procedures to authorize such a move based on credible domestic investigation and prosecution.

To read the letter from the 130 groups to the African members of the ICC in English, click here or for the French version, click here.

For more information, please contact:

  • In Abuja, for LEDAP-Legal Defence & Assistance Project, Chino Edmund Obiagwu (English): +234-0703-000-0014; or +234-012-802-009; or +234-0803-691-3264 (mobile); or obiagwu@ledapnigeria.org
  • In Accra, for Ghana Center for Democratic Development, Franklin Oduro (English): +233-302-776-142; or +233-302-784-294; or +233-249-777-788 (mobile); or f.oduro@cddghana.org
  • In Accra, for Media Foundation for West Africa, Sulemana Braimah (English): +233-302-242-470; or +233-244-520-243; or sulemana@mediafound.org
  • In Freetown, for Center for Accountability and Rule of Law - Sierra Leone, Ibrahim Tommy (English): +232-76-365-499; or ibrahim.tommy@gmail.com
  • In Johannesburg, for Human Rights Watch, Tiseke Kasambala (English): +27-110-622-852; or +27-792-205-254; or kasambt@hrw.org
  • In Johannesburg, for Southern Africa Litigation Centre, Angela Mudukuti (English): +27-115-875-065; or + 27-767-623-869; or AngelaM@salc.org.za
  • In Lilongwe, for Centre for Human Rights and Rehabilitation, Luke Tembo (English): +265-999-740-422; or luke.tembo@chrrmw.org
  • In Lubumbashi, for l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), Georges Kapiamba (French): +243-995-404-514 ; kapiambag@gmail.com
  • In New York, for Human Rights Watch, Elise Keppler (English): +1-212-216-1249; or +1-917-687-8576 (mobile); or kepplee@hrw.org
  • In Pretoria, for the International Crime in Africa Programme, Institute for Security Studies, Jemima Njeri (English): +27-832-346-566; or +27-123-469-500; or jnjeri@issafrica.org

 

Related content:

ISS Seminar: 'The implications of African states withdrawing from the ICC'

______________________________

130 organisations à travers l'Afrique appellent les pays à soutenir la Cour pénale internationale

Dans une lettre rendue publique aujourd'hui, 130 organisations de toute l'Afrique ont appelé les pays africains qui sont membres de la Cour pénale internationale (CPI) à affirmer leur soutien à la Cour lors d'un sommet extraordinaire de l'Union africaine (UA). Cette réunion est prévue pour les 11 et 12 octobre 2013, à Addis-Abeba.

Les organisations, de 34 pays, ont déclaré que les pays africains devraient soutenir la CPI comme un tribunal crucial de dernier recours, notamment pour ses affaires en cours portant sur les crimes commis pendant les violences postélectorales au Kenya en 2007-2008. La relation entre la CPI et certains gouvernements africains a rencontré plusieurs défis tandis que les affaires du Kenya ont progressé, ont indiqué les groupes. Cela a conduit à une augmentation des accusations selon lesquelles la Cour s’en prend à l'Afrique, ainsi qu’à des questions quant à savoir si certains membres africains à la CPI envisageraient la possibilité de se retirer du traité de la CPI, le Statut de Rome.

« L'Afrique australe s’est trouvée au premier rang du plaidoyer pour une cour pénale internationale permanente », a rappelé Angela Mudukuti, avocate du Programme pour le projet de justice pénale internationale au Southern Africa Litigation Centre (Centre des litiges de l’Afrique australe). « L'Afrique du Sud et les autres pays membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe devraient faire pression sur l'UA afin qu’elle œuvre pour étendre la portée de la justice, et non pas la paralyser. »

En Afrique australe, le Botswana a été un fervent partisan de la CPI face aux récentes attaques contre la Cour, mais de nombreux autres membres africains de la CPI sont restés silencieux. Cependant, dans sa déclaration de septembre à l'Assemblée générale de l'ONU, le Lesotho a exprimé un soutien fort à la CPI et il devrait réaffirmer ce soutien lors du sommet d'Addis-Abeba. L'Île Maurice a également adopté une législation pour mettre en œuvre le traité de la CPI au niveau national en 2011, la plaçant dans une bonne position pour exprimer un appui solide à la Cour lors du sommet.

Les pays africains ont joué un rôle actif dans les négociations visant à établir la Cour et 34 pays africains – une majorité des membres de l'Union africaine – sont membres de la CPI. Des gouvernements africains ont sollicité la CPI pour juger les crimes graves commis sur leurs territoires et les Africains comptent parmi les responsables de la CPI au plus haut niveau où ils siègent également en tant que juges.

« Cinq pays africains ont demandé à la CPI d'enquêter sur les crimes commis dans leur pays – la Côte d’Ivoire, l’Ouganda, la République centrafricaine, le Mali et la République démocratique du Congo », a remarqué Georges Kapiamba, président de l'Association congolaise pour l'accès à la justice. « Ces États ont l'autorité et la responsabilité particulières de dissiper les allégations selon lesquelles la CPI s’acharne contre l'Afrique. »

Tout retrait de la CPI enverrait un mauvais signal quant à l'engagement de l'Afrique à protéger et promouvoir les droits humains et à rejeter l’impunité, comme en témoigne l'article 4 de l'Acte constitutif de l'UA, ont déclaré les organisations. Le travail et le fonctionnement de la CPI ne devraient pas être au-dessus de l'examen et de l’amélioration, mais un retrait risquerait d’avoir de graves conséquences en ce qui concerne les atteintes à la justice en Afrique.

« Cette année, le Nigeria et le Ghana ont tous deux reconnu la CPI comme un tribunal crucial de dernier recours et sont donc bien placés pour jouer un rôle de leadership positif lors du sommet », a déclaré Chinonye Obiagwu, coordonnateur national au Legal Desence and Assistance Project (le Projet de défense et d'assistance juridique) du Nigeria. « Ces pays devraient activement repousser les attaques sans scrupules portées contre la Cour et soutenir la capacité de la CPI à fonctionner sans interférence, notamment au Kenya. »

Le gouvernement nigérian a réaffirmé un « engagement ferme envers le Statut de Rome » et « une volonté de poursuivre la coopération avec la CPI pour mettre un terme à l'impunité » dans une note récente à la CPI. Le Président du Ghana, John Drimana Mahama, a déclaré à France24 suite à une réunion au sommet de l'UA en mai : « Je pense que la CPI a fait un travail incroyable en traduisant en justice quelques personnes coupables de génocide et de meurtre de masse. »

Les dirigeants du Kenya en 2008 ont initialement convenu de mettre en place un tribunal spécial pour juger les affaires liées à la violence postélectorale, qui a fait plus de 1100 morts, détruit des moyens de subsistance et entraîné le déplacement de plus d'un demi-million de personnes. Mais les efforts pour créer le tribunal ou faire progresser les affaires des tribunaux ordinaires ont échoué. Le procureur de la CPI a ensuite ouvert une enquête, selon les recommandations d’une commission nationale d’enquête mise en place dans le cadre d'un accord orchestré par l'Union africaine visant à mettre fin à la violence.

Les organisations ont déclaré que le Kenya a placé les gouvernements dans une position inconfortable en faisant pression pour des mesures visant à éviter les affaires de la CPI tout en ayant omis de se prévaloir des procédures de la Cour autorisant une telle démarche basée sur une enquête et des poursuites nationales crédibles.

Pour lire la lettre adressée par les 130 organisations aux membres africains de la CPI, veuillez suivre le lien : https://www.issafrica.org/uploads/Lettre-de-la-societe-civile-africaine-au-lUnion-africaine-sur-la-CPI-sevrage-Oct-2013.pdf

Pour plus de renseignements, veuillez contacter :

  • Abuja, pour LEDAP-Legal Defence & Assistance Project, Chino Edmund Obiagwu (anglais) : +234-0703-000-0014 ; ou +234-012-802-009 ; ou +234-0803-691-3264 (portable) ; ou obiagwu@ledapnigeria.org
  • Accra, pour le Centre ghanéen pour le développement démocratique, Franklin Oduro (anglais) : +233-302-776-142 ; ou +233-302-784-294 ; ou +233-249-777-788 (portable) ; ou f.oduro@cddghana.org
  • Accra, pour la Media Foundation for West Africa (Fondation pour les médias en Afrique de l’Ouest), Sulemana Braimah (anglais) : +233-302-242-470 ; ou +233-244-520-243 ; ou sulemana@mediafound.org
  • Dakar, pour Amnesty International - Sénégal, Seydi Gassama (français) : +221-776-368-959 ; ou seydi.gassama@amnesty.sn
  • Freetown, pour le Center for Accountability and Rule of Law (Centre pour la responsabilité et l’État de droit) - Sierra Leone, Ibrahim Tommy (anglais) : +232-76-365-499 ; ou ibrahim.tommy@gmail.com
  • Johannesburg, pour Human Rights Watch, Tiseke Kasambala (anglais) : +27-110-622-852 ; ou +27-792-205-254 ; ou kasambt@hrw.org
  • Johannesburg, pour le Southern Africa Litigation Centre (Centre des litiges de l’Afrique australe), Angela Mudukuti (anglais) : +27-115-875-065 ; ou + 27-767-623-869 ; ou AngelaM@salc.org.za
  • Lilongwe, pour le Centre for Human Rights and Rehabilitation (Centre pour les droits humains et la réinsertion), Luke Tembo (anglais): +265-999-740-422; ou luke.tembo@chrrmw.org
  • Lubumbashi, pour l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), Georges Kapiamba (français): +243-995-404-514 ; kapiambag@gmail.com
  • New York, pour la Coalition pour la Cour pénale internationale, Steve Lamony (anglais) : +1-646-465-8514 ; ou lamony@coalitionfortheicc.org
  • New York, pour Human Rights Watch, Elise Keppler (anglais) : +1-212-216-1249 ; ou +1-917-687-8576 (portable) ; ou kepplee@hrw.org
  • Pretoria, pour le International Crime in Africa Programme (Programme sur les crimes internationaux en Afrique), Institut d’études de sécurité, Jemima Njeri (anglais) : +27-832-346-566 ; ou +27-123-469-500 ; ou jnjeri@issafrica.org
?>